Twitter

Spinoza

Ni rire, ni maudire, ni pleurer, comprendre
(Spinoza)

A- A A+

Bonheur Mondial - édition 2020

Bonheur mondial - édition 2020 1 – L’indice du bonheur mondial (IBM) : 27 % de mieux depuis l’an 2000.  

 2 – Le classement par pays : la France, mauvais élève de l’Europe de l’Ouest ! 

--------------------------------------------------------------------

Sommaire

 Avertissements

  • Préface : tous pour le bonheur !
  • Introduction : mesurer le bonheur, à quoi bon ? Comment ?
  • L’indice du bonheur mondial
  • Paix et sécurité
  • Liberté, démocratie, droits de la personne humaine
  • Qualité de la vie
  • Recherche, formation, information, communication, culture
  • Les bonnes et les mauvaises nouvelles

 

  • Le classement par pays
  • Paix et sécurité
  • Liberté, démocratie, droits de la personne humaine
  • Qualité de la vie
  • Recherche, formation, information, communication, culture

 

-------------------------------------------------------------------------------------

        

                                        Avertissements

 

1 – Pour lire cette édition, comme les précédentes, il faut  connaître un certain nombre de termes et de sigles : ils sont  disponibles sur mon site Internet www.globeco.fr, rubrique : « Le petit dictionnaire de GLOBECO » ».

 

2 – Voici l’édition 2020  de « bonheur mondial ».  Cette édition se réfère  à des statistiques qui ont été publiées pour l’essentiel en 2017 et 2018, la dernière année statistiquement étant le plus souvent 2018. Les tableaux récapitulatifs, chapitre par chapitre, de cette édition comparent la dernière année statistiquement connue, c'est-à-dire 2018,   à 2000, année de base. Nous comparons également 2005, 2010 et 2015 à l’an 2000, avec le souci de faire un point tous les 5 ans, dans la mesure où le plus important est de cerner les grandes tendances, ce qui implique une vision à moyen terme.

3Nous précisons cependant l’année concernée  pour chacun des indicateurs : c’est l’objet de la parenthèse qui suit chacun des titres relatifs à chaque indicateur : par exemple, concernant le potentiel nucléaire, le chiffre « 2018 » situé dans la parenthèse suivant le titre signifie que l’année concernée pour cette statistique est 2018.

 

4 – Certaines statistiques font l’objet, d’année en année, de rectifications, et le chiffre ne devient parfois définitif que deux ou trois ans après sa première parution, ce qui peut tout à fait se comprendre. C’est une des raisons pour lesquelles nous privilégions les comparaisons, non pas d’année en année, mais de 5 ans en 5 ans.  

 

5 – Chaque année, nous rencontrons quelques difficultés liées au fait que les sources statistiques peuvent varier d’une année à l’autre ; cela a été  le cas, par exemple, pour les postes de radio et de télévision : la Banque mondiale ne publie plus les chiffres relatifs aux postes de radio. Nous avons pallié cet inconvénient en recourant aux chiffres de l’Union internationale des télécommunications et en privilégiant  le nombre des utilisateurs d’Internet. Autre exemple : le nombre d’exemplaires de journaux, qui ne signifie plus grand-chose puisque chacun a désormais le loisir de s’informer en dehors des voies traditionnelles, et notamment sur écran, pour le meilleur et pour le pire. Nous avons substitué à cette donnée, le niveau d’alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans, telle qu’il apparaît dans les statistiques de l’UNESCO. Par ailleurs, la Banque Mondiale » a arrêté la publication de son « Little green data book »,  qui était bien utile pour les statistiques relatives à l’environnement. En particulier, les nouvelles données relatives à la pureté de l’air et aux particules fines ne permettent pas de remonter statistiquement jusqu’à l’an 2000 ; nous avons pallié la suppression de cet élément en donnant un coefficient 2 à la concentration de C02 dans l’atmosphère.     

 

Il est intéressant de faire le point sur les sources statistiques utilisées, notamment lorsqu’elles sont anormalement anciennes. Les paragraphes suivants synthétisent les remarques de ce type qui seront faites plus loin, sujet par sujet : 

  • Concernant la population mondiale et le PIB mondial par tête, nous adoptons les statistiques des « World Development Indicators » de la Banque mondiale, elles-mêmes issues des chiffres publiés par la division « population » de l’ONU pour ce qui concerne la démographie.
  • Le refus des dirigeants chinois de donner les chiffres des exécutions capitales dans leur pays complique la perception mondiale du problème. Espérons que cela n’est que transitoire et honte aux dirigeants chinois !
  • Le coefficient de GINI est publié chaque année par la Banque Mondiale, mais les années concernées sont souvent anciennes.  

 

Peut-être ces remarques contribueront-elles à améliorer les choses ! En attendant, pour la présente édition, deux remarques doivent être faites :

- Le coefficient de GINI concerne le plus souvent 2016 et 2017, et parfois même  des années plus anciennes.

- Suite à la non parution du « Little green data book » signalée plus haut, les chiffres concernant l’accès à l’eau et à des sanitaires de qualité concernent 2015, dernière année connue   

 

Les sources le plus souvent utilisées sont la Banque Mondiale (8 indicateurs), l’UNESCO (8), l’OMS (3), Freedom House (3) et le SIPRI (3).

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Préface : tous pour le bonheur !

 

Comme le savent les familiers de GLOBECO, Je suis un « fan » de l’IDH depuis 1990 et je prends connaissance chaque année avec un grand intérêt du rapport mondial sur le développement humain publié par le PNUD. C’est même grâce et à partir de ces rapports que j’ai construit moi-même, en 2001, l’indice du bonheur mondial (IBM) que je calcule et que je publie régulièrement, aujourd’hui sur internet,  (www.globeco.fr), ma dernière publication (Bonheur mondial, édition 2019) ayant été la dix-huitième. Il s’agit aujourd’hui de la dix-neuvième  publication.

 

Le  rapport 2009 – 2010 du PNUD a proposé de nouvelles orientations qui ont un point commun : lorsqu’elles seront mises en œuvre, l’IDH ressemblera comme un frère … à l’IBM de GLOBECO !  Je constate en effet, que ces nouvelles orientations vont exactement dans le sens des travaux de GLOBECO, centrés sur la mesure du bonheur collectif :

 

  • Le  rapport  concerné du PNUD indique, page 3, que « nous vivons aujourd’hui dans un monde meilleur qu’en 1990 et en 1970 ». Cette notion de « monde meilleur » m’intéresse, car c’est exactement l’objectif que j’assigne à mon indice du bonheur mondial : savoir, à partir de données objectives, et non pas de préjugés, et de manière globale, si le monde, d’année en année, va de mieux en mieux ou de plus en plus mal. C’est la raison pour laquelle mon indice est un indice d’évolution et non de situation.
  • Le rapport du PNUD propose désormais de nouvelles notions destinées à améliorer l’IDH, et notamment les inégalités en général, les inégalités homme-femme et la pauvreté multidimensionnelle.  Il se trouve que ces trois types de données sont justement inclus, depuis le début, dans l’indice du bonheur mondial. D’ailleurs, quand on tient compte  de ces nouvelles données et qu’on corrige le classement de base de l’IDH par pays en tenant compte des classements effectués pour les trois nouveaux domaines, on a un résultat qui est très proche de mon propre classement.
  • Je comprends et j’approuve par ailleurs que le PNUD souhaite continuer à améliorer l’IDH, en y agrégeant progressivement des données relatives au développement durable et à la liberté: l’IBM intègre tout cela, et même aussi un élément de plus, dont  l’importance est affirmée à la page 20 du  dernier rapport : il s’agit de la sécurité, qui constitue sous ses différentes formes ( situation de guerre ou de paix, morts violentes, sécurité humaine et sociale, sécurité financière …) le quart de mon indice (10 indicateurs sur 40).  
  • Je retiens en outre qu’Amartya Sen, à juste titre, indique que l’IDH ne doit pas devenir un « fourre-tout », ce qui, dans son esprit, est peut-être le cas de mon indice. Il a raison, mais comment prendre en compte les nouveaux domaines  que le PNUD propose d’inclure dans l’IDH sans élargir le champ des données ? Par ailleurs, je pense qu’il convient d’aboutir d’une façon ou d’une autre à une mesure globale, ne serait-ce que « pour faire office de mesure simple, comme le PNB », comme le propose Amartya Sen lui-même,  page 20 de l’avant dernier  rapport du PNUD.   
  • Par contre, je ne comprends pas très bien pour quelles raisons le rapport du PNUD inclut désormais un développement sur la mesure subjective du bonheur. Certes, cela est très à la mode, mais je pense qu’il convient de séparer très nettement, d’une part la mesure objective du développement, du bien être et du bonheur que j’appelle collectifs (méthode des agrégats statistiques commune à l’IDH et à l’IBM) et, d’autre part, la mesure subjective du bonheur individuel. Dans mon esprit, ce que j’appelle le bonheur collectif, mesuré par l’IBM, constitue un ensemble de conditions qui rendent plus facile l’accession au bonheur individuel. Mais ce n’est pas parce que la Norvège est en tête de mon classement que tous les Norvégiens sont heureux ni même qu’ils sont forcément plus heureux que les Français … Simplement, je pense qu’il est plus facile d’être heureux personnellement dans les pays bien classés dans mon indice que dans les pays mal classés.

 

Ce n’est pas tout : l’ONU d’une part et l’OCDE d’autre part se lancent eux-mêmes dans des études qui confirment l’intérêt de mon indice du bonheur mondial :

  • L’ONU, suite à une décision de son Assemblée générale, publie désormais tous les ans depuis 2012 un rapport intitulé « Rapport mondial sur le bonheur » (En Anglais : « World happiness report »). L’ONU confie la rédaction de ce rapport à des experts mondialement connus, dont Richard Layard et Jeffrey Sachs, et le résultat est uniquement un classement des pays membres de l’ONU en fonction des critères retenus, qui sont proches de ceux que GLOBECO utilise depuis près de 20 ans. Ces critères sont les suivants : Espérance de vie en bonne santé, PIB par tête, soutien social, confiance dans les dirigeants, liberté dans les choix de vie, générosité. Il n’est donc pas surprenant que le classement de l’ONU soit proche de celui de GLOBECO. Je note cependant que les experts de l’ONU, comme ceux du PNUD, mélangent critères objectifs et critères subjectifs, et que leur classement ne prend en compte ni les critères de paix et de sécurité, ni ceux liés à l’environnement. Enfin, dans la mesure où le rapport de l’ONU se limite à un classement par pays, mon indice reste le seul qui mesure l’évolution du bonheur mondial.
  • L’OCDE n’est pas en reste ! Il est loin le temps où, dans le journal Le Monde, Monsieur Giovannini, au nom de l’OCDE, fustigeait mes travaux et me déclarait que seules les études subjectives intéressaient son organisme. Aujourd’hui, miracle, dû semble-t-il à la publication du rapport Stiglitz : l’OCDE publie elle aussi désormais un rapport sur le bien-être, reposant sur des critères objectifs, qui sont les mêmes que ceux utilisés par GLOBECO, et sur des critères subjectifs qui sont intégrés, à tort selon moi, dans l’ensemble des éléments retenus.

 

Question : comment se fait-il qu’il ait fallu attendre si longtemps pour que des organismes comme l’ONU et l’OCDE reconnaissent qu’il faut aller plus loin que le PIB, et donc s’intéresser à d’autres critères ?

 

Une remarque enfin : je mène seul, dans l’indifférence générale, ce type de travaux, depuis près de 20 ans, alors que les organismes cités plus haut les font faire par des équipes nombreuses ou par des experts mondialement connus et sans doute grassement rétribués : à chacun de se faire son opinion !

 

Tout cela me confirme dans l’idée que l’IBM de GLOBECO conserve toute son utilité et sa signification. Cela m’encourage à continuer, même si je ne peux évidemment pas rivaliser avec des institutions aussi prestigieuses que le PNUD, l’ONU ou l’OCDE. J’en profite pour souligner l’originalité des travaux de GLOBECO :

  • Ils distinguent de façon très nette le bonheur collectif et le bonheur individuel, en considérant qu’ils sont complémentaires mais ne doivent pas être mélangés lorsqu’il s’agit de les mesurer ;
  • Pour ce qui concerne le bonheur collectif, à base de statistiques agrégées, il faut d’abord répondre à la question : qu’est-ce qu’un monde heureux ? Qu’est-ce qu’un pays heureux ?
  • La réponse à cette question permet de distinguer les 4 éléments du bonheur collectif : la paix, la démocratie, la qualité de la vie et la culture ;
  • Cela permet également selon la même méthode, de bâtir un indice du BNB à la Française, s’inspirant du BNB du Bhoutan, et de classer les régions métropolitaines de notre pays (22 hier, 13 aujourd’hui) en termes de bonheur collectif.

De ce fait, GLOBECO est le seul à disposer non seulement d’un indice du bonheur mondial, avec un classement par pays, mais aussi d’un indice du BNB à la Française et d’un classement des régions françaises.

 

Quoi qu’il en soit, voici « Bonheur mondial, édition 2020 », en espérant que s’y ajouteront de nombreuses autres, en dépit de mon grand âge !

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------     

 

INTRODUCTION :

 

MESURER LE BONHEUR, A QUOI BON ?  COMMENT ?  

 

Le bonheur n’est plus une idée neuve en Europe, ni même dans le monde ; du coup, les organisations internationales et les médias s’intéressent de plus en plus à la mesure du bonheur, et cela donne lieu à de nombreux colloques, à de nombreux rapports, comme nous l’avons vu plus haut, et à de nombreuses études.

 

En fait, il existe deux façons d’aborder ce problème :

  • la première consiste à essayer de mesurer le bonheur individuel ; c’est une voie difficile, que Luc Ferry a même qualifiée d’absurde, tellement la conception que chacun se fait du bonheur est différente d’une personne à l’autre, d’un pays à l’autre et d’une civilisation ou d’une religion à l’autre ; c’est la raison pour laquelle beaucoup d’experts se contentent de préconiser dans ce domaine des études par sondage et des analyses microéconomiques. Il s’agit de la méthode dite « subjective ».
  • La seconde nous paraît correspondre davantage à une vraie demande, qui a été plus ou moins bien exprimée par le rapport Stiglitz : il s’agit d’aller plus loin que le PIB (Beyond GDP !) pour évaluer la façon dont les différents pays et le monde entier procurent à leurs habitants les conditions d’une vie « heureuse »; encore faut-il définir ce qu’est un pays heureux et ce qu’est un monde heureux ! Il s’agit ici de bonheur collectif, et non de bonheur individuel, comme nous l’avons dit plus haut et la mesure est effectuée par des agrégats statistiques, dans le prolongement de ce que fait le PNUD depuis plus de vingt ans.

 

C’est aussi  ce que fait GLOBECO depuis près de 20 ans, en définissant d’abord  ce qu’est un monde heureux et ce qu’est un pays heureux, ce qui n’est pas très difficile :

          - Qui peut nier que la paix est préférable à la guerre ?

          - Qui peut nier que la liberté est préférable à la dictature ?

          - Qui peut nier que la qualité de vie est préférable à la misère ?

          - Qui peut nier que, comme le disait Danton, « Après le pain,     l’éducation est le premier besoin du peuple » ?

 

Nous pouvons donc, à partir de ces 4 chapitres, trouver pour chacun d’entre eux des indicateurs significatifs de l’évolution  de ce que nous avons appelé le bonheur mondial et le bonheur par pays.  C’est d’ailleurs ce qu’a commencé à faire le PNUD à partir de 1990 en définissant les 3 éléments  (le PIB, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de formation) qui fondent l’indicateur de développement humain (IDH) : notre indice du bonheur mondial en est un complément et une extension, dans la mesure où il prend en compte non pas 3, mais 40 éléments pour le bonheur mondial et 20 pour le bonheur par pays. De cette façon, les éléments qui ne sont pas pris en compte par le PIB ni par l’IDH, c'est-à-dire tout ce qui concerne la paix et la sécurité, les inégalités, les droits de l’homme, l’environnement et la culture sont pris en compte, pour aboutir à une meilleure réponse à la question que tout le monde se pose : comment va le monde ? Va-t-il mieux ou plus mal ? Comment se situe mon pays  par rapport aux autres ?  Il s’agit donc, non pas d’un indice de situation, mais d’un indice d’évolution pour l’IBM et de comparaison pour le classement par pays.

 

 « Bonheur mondial, édition 2020 » reprend le cours des  éditions précédentes, avec le plan suivant :

  • Nous calculons d’abord l’évolution du bonheur mondial en 2018 par rapport à l’an 2000, en rappelant l’évolution entre 2000 et 2005, entre 2000 et 2010 et entre 2000 et 2015.
  • Nous établissons ensuite le classement par pays. Les 60 pays retenus ont pour l’essentiel une population supérieure à 5 millions d’habitants. Les statistiques les concernant sont publiées tous les ans et ils représentent globalement 85 à 90 % de la population mondiale et du PIB mondial.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

                               L’INDICE DU BONHEUR MONDIAL

              

L’indice du bonheur mondial est bâti à partir de 40 données statistiques qui sont regroupées en quatre chapitres :

  • la paix et la sécurité ;
  • La liberté, la démocratie et les droits de la personne humaine ;
  • La qualité de la vie ;
  • L’intelligence, la communication et la culture.

 

 Les résultats supérieurs à 100 traduisent une augmentation du bonheur mondial et les résultats inférieurs à 100 traduisent une diminution du bonheur mondial.

 

Dans les tableaux récapitulatifs, nous privilégions  la comparaison de 2018 avec l’année 2000, année de base, mais aussi entre 2005 et 2000, entre 2010 et 2000 et entre 2015 et 2000, et cela  pour une raison simple : les évolutions sont généralement faibles d’une année à l’autre, et il vaut donc mieux privilégier les comparaisons qui permettent de saisir les évolutions à moyen terme.

 

A – La paix et la sécurité  

 

1 – Le potentiel nucléaire (2018, SIPRI)

 

  • Nous avons retenu comme premier élément significatif de la paix et de la sécurité le nombre de charges nucléaires déployées et opérationnelles, offensives et défensives, dont disposent les pays membres du « club » des puissances nucléaires. La Corée du Nord, la Chine, l’Inde, Israël et le Pakistan, qui n’étaient pas mentionnés dans certaines  éditions précédentes du SIPRI Yearbook, le sont à nouveau, mais sans chiffres confirmés : leurs armes ne sont pas « opérationnelles » au sens du SIPRI, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas « déployées ». Cela signifie qu’elles ne sont pas « constamment placées sur des missiles ou situées sur des bases avec les forces opérationnelles ».   
  • Les chiffres de 2018, publiés par le SIPRI YEARBOOK 2019, sont les mêmes que ceux de l’année précédente :

                             Nombre de charges nucléaires opérationnelles

Etats Unis

 1750

Russie

 1600

Grande Bretagne

   120

France

   280

 

 

                      Total

 3750

 

  • Les chiffres des dernières années sont les suivants :                                     

 

                                      Chiffres des dernières années

2000  (année de base)

15 195

2005

12 100

2010

  5027

2015

  4120

2018

  3750

 

  • La comparaison entre 2005 et 2000 (12100 / 15195) donne le chiffre de 79,63 qu’il convient de « positiver » puisqu’il s’agit d’une amélioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre  de 120,37  (100 + la différence entre 100 et 79,63) pour la comparaison avec l’année de base.
  • La comparaison entre 2010 et 2000 (5027 / 15195) donne le chiffre de 33,08 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une évolution favorable. Cela donne le chiffre de 166,92 (100 + la différence entre 100 et 33,08), chiffre que nous retenons pour la comparaison entre 2010 et 2000.
  • Quant à la comparaison entre 2015 et 2000, (4120 / 15195), elle donne le chiffre de 27,11 que nous positivons de la même façon puisqu’il s’agit d’une amélioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de 172,89 (100 + la différence entre 100 et 27,11)
  • La comparaison entre 2018 et 2000 (3750 / 15195) donne le chiffre de 24,68 que nous positivons. Cela donne le chiffre de 175,32.

 

2 – Les dépenses militaires (2018, SIPRI)

 

  • Le SIPRI YEARBOOK décrit tous les ans l’évolution des dépenses militaires dans le monde. Nous choisissons de retenir les chiffres en dollars  courants et de les comparer, comme le fait chaque année le SIPRI,  au PIB mondial calculé également en dollars courants, pour avoir le pourcentage des dépenses militaires par rapport au PIB. Les chiffres des dernières années, issus des rapports successifs du SIPRI, sont les suivants :

Dépenses militaires en milliards de dollars courants par rapport au PIB

 

Dépenses militaires

En % du PIB mondial selon le SIPRI

 

 

 

2000 (année de base)

  798

2,60

2005  

1118

2,50

2010

1630

2,60

2015

1676

2,30

2018

1739

2,10

 

  • Le rapport entre 2005 et 2000 (2,50 / 2,60) donne le chiffre de 96,15, chiffre que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une évolution favorable ; nous retenons donc le chiffre de 103,85 (100 + la différence entre 100 et 96,15).
  • La comparaison entre 2010 et 2000 (2,60 / 2,60) donne le chiffre de 100,00, chiffre que nous retenons.
  • La comparaison entre 2015 et 2000 (2,30 / 2,60) donne le chiffre de 88,46 que nous positivons pour retenir le chiffre de 111,54.
  • Le rapport entre 2018 et 2000 (2,10 / 2,60) donne le chiffre de 80,77 que nous positivons pour retenir le chiffre de 119,23.

 

3 – Le nombre de casques bleus et assimilés (2018, SIPRI)

Comme l’an passé, nous prenons en considération le nombre de casques bleus qui sont déployés dans des opérations de maintien de la paix, soit directement par l’ONU, soit par des organismes mandatés par l’ONU. Les chiffres du SIPRI sont les suivants :

 

                     Nombre de casques bleus et assimilés dans le monde

2000 (année de base)

124 000

2005

307 000

2010

262 500

2015

163 000

2018

145 000

 

  • Le rapport entre 2005 et 2000 (307 000 / 124 000) donne le chiffre de 247,58 que nous « négativons » puisqu’il s’agit d’une évolution défavorable. Cela donne le chiffre de « moins 47,58 » (100 moins la différence entre 247,58 et 100), chiffre que nous retenons.
  • Le rapport entre 2010 et 2000 (262 500 / 124 000) donne le chiffre de 211,69 que nous « négativons » de la même façon. Cela donne le chiffre de « moins 11,69 » (100 moins la différence entre 211,69 et 100), chiffre que nous retenons.
  • Pour 2015 comparé à l’année de base, le rapport entre 163 000 et 124 000 donne le chiffre de 131,45 que nous « négativons » comme précédemment. Cela donne le chiffre de 68,55 (100 moins la différence entre  131,45 et 100).
  • Pour 2018 comparé à 2000, le rapport entre 145 000 et 124 000 donne le chiffre de 116,94 que nous « négativons » pour aboutir au chiffre de 83,06 que nous retenons.

 

4 – La corruption (2018, Transparency International)

  • C’est Transparency International qui publie tous les ans les chiffres de la corruption ; rappelons qu’il s’agit en fait de chiffres et de classements qui traduisent la perception qu’ont de la corruption les hommes d’affaires qui sont en contact avec les administrations de différents pays. Il va de soi que la moyenne que nous publions engage notre seule responsabilité.
  • Nous avons calculé au départ la moyenne des pays classés par Transparency International ; le problème vient du fait que, chaque année, les pays classés ne sont pas les mêmes : il y en avait 99 en 2000, 102 en 2002 et plus de 160 aujourd’hui… La comparaison est donc difficile, et nous préférons, par souci de rigueur, tenir compte uniquement des 60 pays qui sont pris en considération dans notre classement par pays, ces 60 pays rassemblant, rappelons le, plus de 90 % de la population mondiale et du PIB mondial.
  • La moyenne des 60 pays pour les dernières années est la suivante, étant entendu que les pays sont classés de 10 à 1 en fonction de leur niveau de corruption, les pays les moins corrompus parmi les 60 pays,   ayant une note proche de 10 et les pays les plus corrompus ayant une note proche de 1. Pour l’année la plus récente, nous utilisons la dernière édition de l’indice de perception de la corruption, l’année concernée étant 

                       

                                                Corruption

2000  (année de base)

5,01

2005

4,90

2010

4,82

2015

5,08

2018

5,08

 

  • L’évolution témoigne au départ d’une détérioration de la situation depuis l’an 2000 : le rapport entre 2005 et 2000 (4,90 / 5,01) donne le chiffre de 97,80 chiffre que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.
  • la comparaison entre 2010 et 2000 (4,82 / 5,01) donne le chiffre de 96,21 que nous retenons.
  • Le rapport entre 2015 et 2000 (5,08 / 5,01) témoigne d’une légère amélioration par rapport à l’année de base. Cela donne le chiffre de 101,40 que nous retenons. C’est mieux qu’en 2005 et en 2010 : nous sommes pratiquement revenus à la situation de l’an 2000.
  • En 2018, le rapport entre 5,08 et 5,01 donne le chiffre de 101,40 que nous retenons.    

 

 5 – 6 - Les morts violentes  (2016, OMS)  

 

  • L’OMS publie périodiquement  cette donnée qui reprend toutes les causes de morts violentes, c'est-à-dire des morts non naturelles résultant d’un traumatisme quel qu’il soit,  depuis les empoisonnements jusqu’aux suicides, en passant notamment par les accidents de la route, les décès dus aux conflits, les homicides et les catastrophes. Cet élément est intéressant puisqu’il permet d’évaluer de quelle façon évolue la violence dans toutes ses formes dans notre société. Pour les raisons expliquées plus haut, nous accordons à cet indicateur un coefficient 2. Nous reprenons les derniers chiffres publiés par l’OMS pour 2000, 2005, 2010, 2015 et 2016 (dernière année connue), chiffres qui confirment l’évolution favorable de la situation.   
  • L’évolution des chiffres est la suivante :                                      

                                                  Morts Violentes

 

Valeur absolue

Par million

 

 

 

2000 (année de base)

4 583  000

757

2005

4 726 000

734

2010

4 936 000

716

2015

4 939 000

673

2016

4 883 000

656

 

  • Surprise agréable et inattendue : le nombre de morts violentes par million d’habitants diminue nettement et régulièrement depuis 2000.
  • L’évolution de 2005 par rapport à 2000 (734 / 757) donne le chiffre de 96,96 qu’il convient de « positiver » puisqu’il s’agit d’une amélioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de 103,04 (100 plus la différence entre 100 et 96,96), soit 206,08 avec le coefficient 2.
  • L’évolution en 2010 par rapport à 2000 (716 / 757) donne le chiffre de 94,58 chiffre qu’il convient de « positiver » puisqu’il s’agit d’une évolution favorable. Nous retenons donc le chiffre de 105, 42 soit 210,84 avec le coefficient 2.
  • Le rapport entre 2015 et 2000 (673 / 757) donne le chiffre de 88,90 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une évolution favorable. Cela donne le chiffre de 111,10 (100 + la différence entre 100 et 88,90), chiffre qui devient 222,20 avec le coefficient 2.
  • Pour 2016, le rapport entre 656 et 757 donne le chiffre de 86,56 que nous positivons. Résultat : 113,44. Une fois multiplié par 2, cela donne le chiffre de 226,88 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.

 

7 – Les réfugiés, demandeurs d’asile et personnes déplacées (2018, HCR)  

 

  • Le rapport annuel du HCR concerne non seulement les réfugiés au sens strict, mais aussi les demandeurs d’asile et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays..
  • L’évolution en chiffres actualisés par le HCR est la suivante :                           

           Personnes déplacées

 

Millions

Population mondiale selon les WDI

Pour 1000

 

 

 

 

2000

30

6 057 millions

4,95

2005

29

6 438      //

4,50

2010

34

6 896     //

4,93

2015

65

7 355     //    

8,84

2018

71

7 610    //

9,33

 

 

  • La situation s’est améliorée en 2005 par rapport à 2000: la comparaison entre 4,50 et 4,95 donne le chiffre de 90,10 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une amélioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de 109,90 pour la comparaison entre 2005 et l’année de base.
  • 2010: le rapport entre 4,93 et 4,95 donne le chiffre de 99,60 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une légère amélioration de la situation. Cela donne le chiffre de 100,40 que nous retenons pour la comparaison entre 2010 et l’année de base.
  • Détérioration violente en 2015 par rapport à l’année de base, due en grande partie au conflit syrien : le rapport entre 8,84 et 4,95 donne le chiffre de 178,59 que nous « négativons » puisqu’il s’agit d’une aggravation de la situation. Cela donne le chiffre de 21,41 (100 moins la différence entre 178,59 et 100).
  • Nouvelle détérioration en 2018 : le rapport entre 9,33 et 4,95 donne le chiffre de 188,48 que nous « négativons » pour obtenir le chiffre de 11,52 que nous retenons pour 2018 par rapport à l’année de base.

 

8 – Les décès dus à des catastrophes naturelles et technologiques (2017, M 3, Swiss Ré)

 

  • La société de réassurance Swiss Ré publie tous les ans le nombre de décès dus  aux catastrophes naturelles et technologiques.  On constate que l’année 2008 a été, comme  2004 (tsunami) une très mauvaise année, marquée par le tremblement de terre du Sichuan et par le cyclone Nargis qui a frappé en particulier la Birmanie (Près de 100 000 victimes dans chaque cas). Mais ce n’est rien auprès de 2010, la pire année de toutes depuis l’an 2000, marquée en particulier par le tremblement de terre d’Haïti. On constate aussi la part prépondérante des catastrophes naturelles (plus de 95 %) dans le total des décès.
  • Les chiffres sont les suivants :

                                      Nombre de décès

1999

  63 806

2000

  14 941

2001

  36 035

 

 

2004

242 446

2005

  97 018

2006

  30 500

 

 

2008

240 500

 

 

2009

  15 000

2010

304 000

2011

  35 000

 

 

2014

    7 700

2015

  26 000

2016

  11 000

2017

  11 000

2018

  13 500

 

  • Afin de pallier le caractère aléatoire de ces chiffres, nous continuons à utiliser des moyennes triennales (M 3), ce qui donne les résultats suivants :

 

                                         Nombre de décès en M 3                                      

2000  (1999 -  2000  - 2001)

  38 260

2005  (2004 – 2005  - 2006)

123 321

2010  (2009 – 2010 – 2011)

118 000

2015  (2014 – 2015 – 2016)

  14 900

2017  (2016 – 2017 – 2018)

  11 800

 

  • Nous rapportons ces résultats à la population mondiale, ce qui donne les résultats suivants en nombre de victimes par million d’habitants :

 

          Nombre de décès en M 3 / population mondiale par millions

 

Décès (1)

Population  selon la Banque mondiale (2)

(1) / (2)

2000 (base)

  38 260

6 057 millions

  6,32

2005

123 321

6 438     //

19,16

2010

118 000

6 895     //

17,64

2015

  14 900

7 355     //

  2,03

2017

  11 800

7 530      //

  1,57

 

  • La situation se détériore terriblement jusqu’à 2010 en raison du Tsunami de 2004 et des très mauvaises années 2008 et 2010. La situation s’améliore ensuite très nettement : pourvu que cela dure !
  • le rapport entre 2005 et 2000 en moyennes triennales  (19,16 / 6,32) donne le chiffre de 303,16, chiffre qu’il convient de « négativer » puisqu’il s’agit d’une détérioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de « moins 103,16 » (100 moins la différence entre 303,16 et 100).
  • Le rapport entre 2010 et 2000, toujours en moyennes triennales, (17,64  / 6,32) donne le chiffre de 279,11, chiffre qu’il convient également de « négativer », ce qui donne le chiffre de « moins 79,16 » (100 moins la différence entre 279,16 et 100).
  • Pour 2015 par rapport à 2000, le rapport en pourcentage entre 2,03 et 6,32 donne le chiffre de 32,12 qu’il convient de « positiver ». Cela donne le chiffre de 167,88. (100 + la différence entre 100 et 32,12).
  • Pour 2017 (1,57 en moyenne triennale) comparé à l’année de base (6,32 en moyenne triennale), le rapport est de 24,84. Une fois positivé, ce chiffre devient 175,16 que nous retenons.

 

9 – 10 - La sécurité économique et financière : le risque pays (2018, COFACE)

 

  • Cet élément est publié tous les ans par la COFACE sous la dénomination de « risque pays ».
  • Ce critère prend en compte les difficultés liées aux problèmes économiques et financiers d’un pays; en réalité, le risque pays apprécie, pays par pays, les éléments suivants :
  • Les fragilités politiques et institutionnelles ;
  • La vulnérabilité de la conjoncture ;
  • Le risque de crise de liquidités en devises ;
  • Le surendettement extérieur ;
  • La vulnérabilité financière de l’Etat ;
  • La fragilité du secteur bancaire ;
  • Les comportements de paiement des entreprises.

 

  • Comme les années passées, dans le souci de comparer des données comparables, nous prenons en compte uniquement les 60 pays que nous suivons par ailleurs, en rappelant que ces 60 pays rassemblent 90 % de la population mondiale et près de 95 % du PIB mondial ; les chiffres moyens sont les suivants, étant entendu que les  meilleurs risque pays  ont  8 points et les plus  mauvais  1 point, suivant en cela la nomenclature de la COFACE.   

 

(Ces moyennes sont publiées sous notre seule responsabilité, et nous choisissons comme élément représentatif de la situation en 2018 les « risque-pays » publiés par la COFACE en janvier 2019).

 

                                                  Risque pays

2000  (année de base)

4,53

2005

4,57

2010

4,07

2015

4,93

2018

4,93

 

  • La comparaison entre 4,57 et 4,53 donne le chiffre de 100,88 que nous retenons pour la comparaison entre 2005 et 2000.
  • Par contre, crise oblige, la situation se détériore nettement depuis 2008 : la comparaison entre 4,07 et  4,53 donne  le chiffre de 89,85 que nous retenons pour la comparaison de 2010  avec l’an 2000.
  • En 2015, la situation s’améliore enfin ; la comparaison entre 4,93 et 4,53 donne le chiffre de 108,83 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.
  • Pour 2018, le chiffre est le même que celui de l’année 2015 : 108,83 que nous retenons comme comparaison avec l’année de base.
  • Compte tenu du double coefficient accordé à ce facteur, ces chiffres deviennent respectivement 201,76; 179,70 ; 217,66 et 219,86.

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

                 

        

                   Récapitulatif : la paix et la sécurité, édition 2020  

 

 

2005 / 2000

2010 / 2000

2015 / 2000

2018 / 2000

 

2000  = 100

2000 = 100

2000 = 100

2000 = 100

 

 

 

 

 

1 – Le potentiel nucléaire

120,37

   166,92

172,89

175,32

2 – Les dépenses militaires

103,85

   100,00

111,54

119,23

3 – Les casques bleus

moins 47,58

moins 11,69

  68,55

  83,06

4 – La corruption

  97,80

     96,21

101,40

101,40

5 – 6 - Les morts violentes

206,08

   210,84

222,20

226,88

7 – Les personnes déplacées 

109,90

   100,40

  21,41

  11,52

8 – Les décès dus aux  catastrophes

moins 103,16

 moins 79,16

167,88

175,16

9 – 10 - Le risque pays

201,76

   179,70

217,66

219,86

 

 

 

 

 

                   Moyenne

 78,90

 76,37

108,35

111,24

 

La situation  s’était gravement détériorée en 2005 et en 2010 par rapport à l’année de base, notamment à cause de l’augmentation du nombre de décès dus aux catastrophes naturelles, ainsi que de l’augmentation du nombre de casques bleus et de la crise économique. Voilà maintenant que la situation s’est inversée, puisque les années récentes ont été clémentes dans le domaine des décès dus aux  catastrophes naturelles et que les effets de la crise économique mondiale se sont estompés. Notons toutefois deux points noirs : le nombre des casques bleus a augmenté depuis l’an 2000, et plus nettement encore celui des personnes déplacées. 

 

 

B – La liberté, la démocratie et les droits de la personne humaine

 

 Nous retenons cette année encore, dans le cadre du droit au travail,  l’indicateur relatif au chômage dans le monde. Pourquoi cette nouveauté ? Tout simplement parce que l’Organisation Internationale du Travail (OIT) publie désormais des statistiques qui n’existaient pas précédemment : il s’agit du pourcentage de chômeurs par rapport à la population active mondiale, c'est-à-dire par rapport à la population allant de 16 à 65 ans.

 

Ce chapitre s’articule donc autour de 5 droits fondamentaux : le droit à la liberté (3 indicateurs), l’abolition de la peine de mort (1 indicateur), le droit des femmes (2 indicateurs), le droit des enfants (3 indicateurs) et le droit au travail (1 indicateur).    

 

1 -  Le pourcentage de pays dont les habitants  vivent « libres » (2018, Freedom House)  

 

  • Freedom House, « think tank » américain, classe les pays du monde en trois catégories : ceux qui vivent « libres », « partiellement libres » et « pas libres ». Les chiffres qui suivent sont extraits de l’édition 2019 des publications de Freedom House sur Internet.
  • L’évolution est la suivante pour ce qui concerne le pourcentage de pays « libres » :

 

                              Pourcentage de pays libres

2000  (année de base)

44  %

2005

46  %

2010

45  %

2015

44  %

2018

46  %

 

  • La situation s’est améliorée entre 2000 et 2005. Le rapport entre 46 et 44 donne le chiffre de 104,55 que nous retenons pour la comparaison entre 2005 et 2000.
  • La situation est meilleure en 2010 qu’en 2000. Le rapport entre 45 et 44 donne le chiffre de 102,27 que nous retenons pour la comparaison entre 2010 et l’année de base.
  • Nous revenons en 2015 à la situation de 2005 : nous adoptons donc le chiffre de 104,55 pour la comparaison entre 2018 et 2000.
  • Retour en 2018 à la situation de 2010, et nous adoptons donc le chiffre de 102, 27 pour la comparaison avec l’année de base.
  • Nous constatons une quasi-stagnation de la situation depuis l’an 2000, ce qui contraste singulièrement avec l’amélioration qui avait permis, après la chute du mur de Berlin, de prévoir pour l’avenir une évolution du même type, et même ... « la fin de l’histoire » !

 

 

2 – Le niveau moyen de liberté dans le monde (2018, Freedom House)

 

  • Freedom House note également tous les pays sur leur niveau moyen de liberté concernant les droits politiques et les libertés civiles, avec une notation allant désormais de 1 (la meilleure) à 7 (la plus mauvaise).
  • La moyenne mondiale de ces notes était calculée jusqu’à présent à partir des 60 pays que nous classons tous les ans, mais il se révèle que les évolutions négatives constatées l’ont été surtout dans des pays qui n’appartiennent pas à cette liste. Nous reprenons donc dans cette édition tous les calculs depuis l’an 2000 en tenant compte de la totalité des pays classés par Freedom House (196 en 2000, 198 en 2016), ce qui modifie quelque peu les résultats et qui permet surtout de mieux tenir compte de l’évolution réelle dans le monde :

 

                          Niveau moyen de liberté dans le monde

2000 (année de base)

3,41

2005

3,17    

2010

3,31

2015

3,37

2018

3,55

 

  • La situation s’améliore entre 2000 et 2005,  puisque nous nous rapprochons de 1 qui est la meilleure note. Le rapport entre 3,17 et 3,41  donne le chiffre de 92,96 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une plus la différence entre 100 et 92,96) pour la comparaison de 2005 avec amélioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de 107,04 (100 l’année de base. 
  • Quant à la comparaison de 2010 avec l’année de base, le rapport entre 3,31  et 3,41 donne le chiffre de 97,07 que nous « positivons » de la même façon pour retenir le chiffre de  102,93.
  • Pour 2015 par rapport à 2000, le rapport entre 3,37 et 3,41 donne le chiffre de 98,83 que nous « positivons » comme plus haut. Cela donne le chiffre de 101,17 que nous retenons.
  • Pour 2018, le rapport entre 3,55 et 3,41 donne le chiffre de 104,11 qui, une fois « négativé », donne le chiffre de 95,89 que nous retenons.

 

3 – La liberté de la presse (2016, Freedom House)

  • Freedom House a publié annuellement jusqu’à 2016 les statistiques relatives au pourcentage de pays  de notre planète qui disposent d’une presse libre.
  • L’évolution, très défavorable depuis 2005, est la suivante depuis l’an 2000, année de base :

 

                  Pourcentage de pays disposant d’une presse libre

2000 (année de base)

37  %

2005

39 %

2010

34 %

2015

33 %

2016

31 %

 
 

  • La comparaison entre 2005 et 2000 (39 / 37) donne le chiffre de 105,40 que nous retenons.
  • Quant au rapport de 2010 avec l’année de base, le rapport entre 34 et 37 donne le chiffre de 91,89 que nous retenons.
  • Pour la comparaison entre 2015 et 2000, le rapport entre 33 % et 37 % donne le chiffre  de 89,19 que nous retenons.
  • Quant à 2016, dernière année connue, comparée à l’année de base le rapport entre 31 et 37 % donne le chiffre de 83,78 que nous retenons. La dégradation est sérieuse !

 

A notre connaissance, Freedom House ne publie plus depuis son rapport 2017 le pourcentage de pays où la presse est « libre », « partiellement libre » et « pas libre ». Peut-être serons-nous contraints, si cette situation perdure, d’utiliser à l’avenir les chiffres de « Reporters ans frontières », en veillant à procéder aux raccordements nécessaires.

 

 

4 – La peine de mort (2018, Amnesty International)

 

  • Amnesty International publie tous les ans des documents très intéressants et facilement accessibles sur Internet concernant la peine de mort dans le monde ; les chiffres peuvent varier beaucoup d’une année sur l’autre, ce qui conduit, comme pour les catastrophes naturelles et technologiques, à adopter la méthode des moyennes triennales.
  • Le nombre d’exécutions capitales est désormais « secret d’Etat » en Chine. Amnesty International n’intègre donc plus la Chine dans son estimation annuelle du nombre d’exécutions capitales dans le monde. Nous ajoutons au chiffre annuel d’Amnesty pour 2017 (993 au moins) les 1700 exécutions capitales qui, selon Amnesty, ont eu lieu, au grand minimum, en Chine en 2008, dernière année connue. En fonction de ces données,  Le nombre minimum d’exécutions capitales a évolué de la façon suivante au cours des dernières années :

 

                             Nombre minimum d’exécutions capitales

1999

1831

2000

1457

2001

3048

 

 

2004

3797

2005

2148

2006

1591

 

 

2009

2414

2010

2227 dont 1700 en Chine  (?)

2011

2326 dont 1700 en Chine  (?)

 

 

2014

2307 dont 1700 en Chine (?)

2015

3330 dont 1700 en Chine (?)

2016

2832 dont 1700 en Chine (?)

2017

2693 dont 1700 en Chine (?)

2018

2390 dont 1700 en Chine

 

  • En moyennes triennales (M 3), les chiffres sont les suivants :

 

                     Nombre minimum d’exécutions capitales en M 3

2000   (1999 – 2000 – 2001)  (base)

2112

2005   (2004 – 2005 – 2006)

2512

2010   (2009 – 2010 – 2011)

2322

2015   (2014 – 2015 – 2016)

2823

2017   (2016 – 2017 – 2018

2488

 

  • Le rapport entre 2512 et 2112 donne le chiffre de 118,94 que nous « négativons » puisqu’il s’agit d’une détérioration de la situation ; nous retenons donc le chiffre de  81,06 (100 moins la différence entre 118,94 et 100) pour la comparaison de 2005 avec l’an 2000.
  • Pour la comparaison de 2010 (M 3)  avec l’année de base, le rapport entre 2322   et 2112 donne le chiffre de 109,94, chiffre qu’il convient de « négativer » puisqu’il s’agit d’une détérioration  de la situation ; nous retenons donc le chiffre de  90,06 (100 moins la différence entre 109,94 et  100)
  • Pour 2015 en M 3 comparé à l’année de base, le rapport entre 2823 et 2112 donne le chiffre de 133,66 que nous « négativons », ce qui conduit au chiffre de 66,34 que nous adoptons, et que nous conservons pour 2016 puisqu’il s’agit de la dernière moyenne triennale statistiquement connue.
  • Pour 2017 comparé à l’année de base, le rapport entre 2488 et 2112 donne le chiffre de 117,80 que nous « négativons », ce qui conduit au chiffre de 83,20 que nous retenons.

 

 

5 – Les  droits des femmes : le pourcentage de femmes parlementaires (2018, Site Internet de l’Union interparlementaire)   

 

  • Comme nous l’avons dit plus haut, le PNUD ne publie plus l’ISDH qui nous servait de « marqueur » de la place des femmes par rapport aux hommes dans la société. Le nouvel indice du PNUD dans ce domaine est sûrement intéressant, mais les données relatives aux  années antérieures n’existent pas. Nous sommes donc contraints de trouver une autre solution : l’Union interparlementaire  publie tous les ans le pourcentage de femmes parlementaires dans plus de 160 pays et nous retenons cet élément qui est très significatif des droits réels des femmes dans le monde.
  • L’évolution en pourcentage du nombre de femmes parlementaires par rapport au nombre total des parlementaires est la suivante :

 

                        Pourcentage de femmes parlementaires

2000 (année de base)

14,00 %

2005

15,00 %

2010

19,00 %

2015

23,30 %

2018

24,90 %

 

  • La situation s’améliore sensiblement.  Le rapport entre 2005 et 2000 (15 / 14) donne le chiffre de 107,14 que nous retenons.
  • Quant à la comparaison entre 2010 et 2000 (19 / 14), elle donne le chiffre de 135,71 que nous retenons pour la comparaison de 2010 avec l’année de base.
  • Pour la comparaison entre 2015 et 2000, le rapport entre 23,30 et 14 donne le chiffre de 166,43 que nous retenons.
  • Pour 2018 comparé à l’année de base, le rapport entre 24,90 et 14 donne le chiffre de 177,86 que nous adoptons.

 

 

6 – Les droits des femmes : le taux de scolarisation des filles dans le  primaire et le secondaire  (2018, UNESCO)

 

  • Nul ne conteste l’importance de la scolarité des filles, qui a toujours été et qui est toujours partout l’une des conditions du développement économique, social et humain. En outre, dans la plupart des pays, cette scolarisation dans le primaire et dans le secondaire, est un droit et une obligation,  qui méritent d’être respectés, y compris pour les filles.
  • Nous utilisons  les statistiques de l’UNESCO et, plus précisément, « le taux brut de scolarisation dans le primaire et le secondaire », pour les filles.  Les chiffres  sont les suivants pour les dernières années :

      Taux  brut de  scolarisation des filles dans le primaire et le secondaire

2000  (année de base)

75 %

2005

81 %

2010

86 %

2015

89 %

2018

89 %

 
 

  • L’amélioration est constante. Entre 2000 et 2005, l’amélioration (81 / 75) est de 8 % et nous retenons donc les chiffre de 108,00 pour la comparaison entre 2005 et 2000.
  • Concernant la comparaison entre 2010 et 2000 (86 / 75), le chiffre à retenir est 114,67. Le chiffre est le même pour 2011.
  • Quant à la comparaison entre 2015 et l’année de base, le rapport entre 89 et 75 donne le chiffre de 118,67 que nous adoptons y compris pour la comparaison entre 2016 et 2000 puisque la situation n’a pas changé.
  • Pour 2018 comparé à l’année de base, le rapport entre 89 et 75 donne le chiffre de 118,67 que nous retenons.

 

  • – Les droits des enfants : le TMM 5 (2018, WDI)
  • La Banque Mondiale publie tous les ans, dans ses WDI, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (TMM 5) dans le monde.
  • L’évolution de ce taux pour 1000 naissances vivantes est la suivante :

 

                                                    TMM 5

2000  (année de base)

73

2005

65

2010

57

2015

43

2018

39

 

  • La situation s’améliore régulièrement : le rapport entre 2005 et 2000 (65 / 73) donne el chiffre de 89,04 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une amélioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de 110,96 (100 + la différence entre 100 et 89,04).
  • Quant au rapport entre 2010 et 2000 (57 / 73), il donne le chiffre de 78,08 qui, une fois « positivé » donne le chiffre 121,92 (100 + la différence entre 100 et 74,07), chiffre que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.
  • Quant au rapport entre 2015 et l’année de base (43 / 73), il est de 58,90, chiffre que nous « positivons ». Cela donne le chiffre de 141,10 que nous adoptons.
  • Nouvelle amélioration en 2018: le rapport entre 39 et 73 donne le chiffre de 53,42 que nous positivons, pour aboutir au chiffre de 146,58 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.

 

8 et 9 – Les   droits des jeunes : la scolarisation dans le primaire et le secondaire, garçons et filles réunis (2017, UNESCO)

 

  • L’UNESCO publie tous les ans le taux brut de scolarisation des jeunes (garçons et filles) dans le monde, primaire et secondaire combinés. Nous accordons un coefficient 2 à ce facteur dont l’importance est reconnue par tous : dans la plupart des pays, la scolarisation est obligatoire dans le primaire et, de plus en plus, dans les premières années du secondaire.  
  • L’évolution de ce taux au cours des dernières années est la suivante :

 

                               Taux de scolarisation des jeunes

2000  (année de base)

78   % 

2005

83   % 

2010

87 %

2015

89 %

2018

89 %

 

  • On le voit : l’évolution est favorable. Le rapport de la moyenne entre 2005 et 2000 (83 / 78) donne le chiffre de 106,41 que nous retenons pour l’enseignement primaire et secondaire.
  • Quant à la comparaison entre 2010  et 2000 (87 / 78), elle donne le chiffre de 111,54  que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base, concernant l’enseignement primaire et secondaire.
  • La comparaison entre 2015 et 2000 (89 / 78) donne le chiffre de 114,10 que nous adoptons.
  • Pour 2018, le rapport entre 89 et 78 donne le chiffre de 114,10 que nous adoptons pour la comparaison avec l’année de base.
  • En tenant compte du coefficient 2, ces chiffres deviennent respectivement 212,82 ;  223,08 ; et 228,20 pour 2015 et 2018.

 

10 – Le droit au travail : le pourcentage de chômeurs dans le monde par rapport à la population active (OIT, 2018)

 

  • Grande nouveauté : l’OIT publie désormais, avec les garanties de sérieux qu’apporte cet organisme, la proportion de chômeurs dans le monde par rapport à la population active, c'est-à-dire par rapport à la population ayant entre 16 et 65 ans. Nous intégrons donc cet élément constitutif d’un droit fondamental, celui de travailler, en remontant bien sûr jusqu’à l’an 2000 puisque l’OIT fournit des chiffres qui remontent à cette date.
  • Les évolutions sont les suivantes :       

       

             Pourcentage de chômeurs dans la population active

2000 (année de base)

6,3 %

2005

6,1 %

2010

6,1 %

2015

5,8 %

2018

5,0 %

 
 

  • La situation s’améliore : le rapport entre 6,1 et 6,3 donne le chiffre de 96,83 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une évolution favorable. Cela donne le chiffre de 103,17 (100 + la différence entre 100 et 96,83), chiffre que nous retenons pour la comparaison entre 2005 et 2000, ainsi qu’entre 2010 et 2000.
  • Légère amélioration en 2015 par rapport à 2000 ; le rapport entre 5,8 et 6,3 donne le chiffre de 92,06 que nous « positivons » ce qui donne le chiffre de 107,94 pour la comparaison entre 2015 et 2000.
  • Nouvelle amélioration légère en 2018. Le rapport entre 5,0 et 6,3 donne le chiffre de 79,37 qui, une fois positivé, donne le chiffre de 120,63 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.

 

Récapitulatif : liberté, démocratie, droits de la personne humaine, édition 2020

           

                                                 (2000 = 100)

 

2005 / 2000

2010 / 2000

2015 / 2000

2018 / 2000

 

 

 

 

 

1 – Pays libres

104,55

102,27

100,00

104,55

2 – Degré de liberté

107,04

102,93

101,17

  95,89

3 – Liberté de la presse

105,40

  91,89

  89,19

  83,78

4 – Peine de mort

  81,06

  90,06

  66,34

  83,20

5 – Femmes parlementaires

107,14

135,43

166,43

177,86

6 – Scolarisation  des filles

108,00

114,67

118,67

118,67

7 – TMM 5

110,96

121,92

141,10

146,58

8 - 9  – Scolarisation des jeunes (coef.2)

212,82

223,08

228,20

228,20

10 – Pourcentage de chômeurs

103,17

103,17

107,94

120,63

 

 

 

 

 

                           Moyenne

      

104,01

 

     

108,54

 

111,90

 

115,94

 

La situation s’améliore régulièrement, sauf pour les libertés, et notamment pour  la liberté de la presse, et pour la peine de mort, d’autant plus que les dirigeants chinois occultent toujours leurs statistiques, sûrement peu reluisantes, dans ce domaine. Les points les plus positifs sont l’augmentation du taux de femmes parlementaires, la diminution du taux de chômage et la diminution du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans.

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

C – La qualité de la vie

 

 Pour les arisons expliquées plus haut, nous pallions l’abandon  du critère relatif à la qualité de l’air en doublant le coefficient du taux de C0 2 dans l’atmosphère.  

    

1 – Le produit brut  mondial par tête (2018, Banque Mondiale)

 

  • Concernant l’évolution du produit brut mondial par tête (en Anglais : « Gross Global Income »), les chiffres de la Banque mondiale pour les dernières années sont les suivants :

                                     Produit brut mondial par tête

2000  (année de base)

  7 410 dollars PPA

2005

  9 424       //

2010

11 066      //

2015

15 665      //

2018

17 948      //

 

  • Le rapport entre 2005 et 2000 (9 424 / 7 410) donne le chiffre de 127,18  que nous retenons pour la comparaison de 2005 avec l’an 2000.
  • Quant au rapport entre 2010 et 2000 (11 066 / 7 410), il donne le chiffre de  149,34 que nous retenons.
  • Pour la comparaison entre 2015 et 2000 (15 665 / 7 410), le rapport est de 211,20, chiffre que nous retenons.
  • Concernant 2018, le rapport entre 17 948 et 7 410 donne le chiffre de 242,21 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.

 

 

2 – Le produit brut mondial par tête : les disparités (2018, Banque Mondiale)

 

  • Il est important d’expliquer pourquoi nous introduisons cet élément : on ne peut se contenter de moyennes car les trop grandes disparités entre riches et pauvres sont un facteur qui ne va pas dans le sens du bonheur mondial !
  • Pour calculer les disparités entre riches et pauvres, nous comparons le Produit brut par tête de l’Afrique subsaharienne avec la moyenne mondiale.
  • L’évolution au cours des dernières années a été la suivante :

 

Produit moyen par tête : la fracture mondiale  (chiffres en dollars PPA) 

 

Afrique subsaharienne (1)

      Monde (2)

(1) / (2 = 100)

 

 

 

 

2000 (base)

1600

  7410

21,59 %

2005

2004

  9424

21,26 %

2010

2148

11066

19,41 %

2015

3569

15 665

22,78 %

2018

3985

17 948

22,20 %

 

  • L’évolution est défavorable jusqu’à 2010. La situation s’améliore nettement ensuite.
  • Le rapport entre 21,26 et 21,59 donne le chiffre de 98 ,47 que nous retenons pour la comparaison entre 2005 et l’année de base.
  • Quant à la comparaison de 2010  avec l’année de base (19,41 / 21,59), elle donne le chiffre de 89,90 que nous retenons.
  • Pour 2015 comparé à 2000, le rapport entre 22,78 et 21,59 donne le chiffre de 104,63 que nous retenons.
  • Pour 2018, le rapport entre 22,20 % et 21,59 % donne le chiffre de 102,83 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.

 

3 – L’espérance de vie à la naissance (2017, Banque Mondiale)  

 

  • Les chiffres mondiaux de l’espérance de vie à la naissance des dernières années sont les suivants d’après la Banque mondiale :

                                  

                                   Espérance de vie à la naissance

2000 (année de base)

66 ans

2005

68  //

2010

70  //

2015

72  //

2017

72  //

 

  • L’évolution de 2005 par rapport à l’an 2000 (68 / 66) donne le chiffre de 103,03  que nous retenons.
  • Quant au rapport entre 2010 et 2000 (70 / 66), il donne le chiffre de 106,06 que nous retenons.
  • Concernant 2015, le rapport entre 72 et 66 donne le chiffre de 109,09 que nous adoptons pour la comparaison avec l’année de base, ainsi que pour 2017.   

 

4 – L’espérance de vie : la fracture mondiale (2017, WDI, Banque Mondiale)

 

  • Le PNUD a cessé de publier son indicateur de la pauvreté humaine. Nous le remplaçons par une comparaison entre l’espérance de vie de l’Afrique subsaharienne avec la moyenne mondiale.  

 

                                  L’espérance de vie : la fracture mondiale                                  

 

Afrique subsaharienne (1)

Monde (2)

(1) / (2 = 100)

 

 

 

 

2000 (base)

47

66

71,21

2005

47

68

69,12 

2010

54

70

77,14 

2015

60

72

83,33 

2017

61

72

84,72

 

  • La comparaison entre 69,12 et 71,21 donne le chiffre de 97,06 que nous retenons pour la comparaison entre 2005 et 2000.
  • Quant à la comparaison entre 2010 et 2000, le  rapport entre 77,14 et 71,21 donne le chiffre de 108,33 que nous retenons.
  • Concernant 2015, le rapport entre 83,33 et 71,21 donne le chiffre de 117,02 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.
  • Pour 2017, le rapport entre 84,72 et 71,21 donne le chiffre de 118,97 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base. 

 

 

 5 – Le coefficient de GINI (Banque Mondiale, 2017)

 

  • Le coefficient de GINI mesure les inégalités de revenus à l’intérieur de chaque pays.  Plus le coefficient est élevé entre 1 et 100 et plus les inégalités sont élevées. Pour le calcul de la moyenne mondiale, nous choisissons de ne traiter que les 60 pays que nous prenons en considération dans le classement par pays ; en effet, le nombre de pays classés  varie d’une année à l’autre, et nous risquons donc de comparer ce qui n’est pas  comparable ; le choix de ne tenir compte que des 60 pays pallie cet inconvénient, même si les dernières années connues sont parfois anciennes.

                                              Coefficient de GINI

2000  (année de base)

35,79

2005

37,01

2010

36,96

2015

37,00

2017

36,55

 

  • La tendance est à la stabilisation des inégalités internes, entre 36 et 37. Le rapport entre 2005 et 2000 (37,01 / 35,79) donne le chiffre de 103,41 que nous « négativons » puisqu’il s’agit d’une détérioration de la situation. Cela donne le chiffre de 96,59 (100 moins la différence entre 103,41 et 100) que nous retenons ;
  • Quant au rapport entre 2010 et 2000 (36,96 / 35,79), il donne le chiffre 103,27 que nous inversons également. Nous retenons donc le chiffre de 96,73 pour la comparaison de 2010 avec l’année de base.
  • Pour le rapport entre 2015 et l’année de base, le rapport entre 37,00 et 35,79 donne le chiffre de 103,38 que nous « négativons » puisqu’il s’agit d’une détérioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de 96, 62.
  • Pour 2017 rapporté à l’année de base (36,55 / 35,79), le chiffre est 102,12 que nous « négativons » ce qui donne le chiffre de 97,88 que nous retenons.

 

 

6 – Les suicides (2016, OMS)

 

  • L’OMS publie périodiquement le nombre de suicides dans le monde. Les derniers chiffres disponibles, qui concernent 2000, 2005, 2010, 2015 et 2016 diffèrent des chiffres publiés antérieurement, ce qui nous conduit à reprendre nos calculs. L’évolution des dernières années, à la lumière des nouveaux chiffres,  est la suivante pour le nombre de suicides rapporté à la population mondiale :

 

                        Nombre de suicides / population mondiale

 

Suicides (1)

Population mondiale (2)

Source : Banque mondiale

(1) / (2) : nombre par million

 

 

 

 

2000  (base)

748 276

6057  millions

123,54

2005

756 722

6438      //

117,54

2010

777 949

6896     //

112,81

2015

788 089

7355     //    

107,15

2016

793 307

7442     //

106,60

 

  • Le rapport entre le chiffre de 2005 et celui de 2000 (117,54 / 123,54) donne le chiffre de 95,14 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une amélioration de la situation. Cela donne le chiffre de 104,86.
  • Le chiffre de 2010 traduit une amélioration en données par million d’habitants. Le rapport entre 112,81 et 123,54 donne le chiffre de 91,31 que nous « positivons » puisqu’il s’agit d’une amélioration de la situation. Cela donne le chiffre de 108,69 que nous retenons pour la comparaison entre 2010 et 2000.
  • Pour 2015 comparé à 2000, le rapport entre 107,15 et 123,54 donne le chiffre de 86,73 qui, une fois « positivé », donne le chiffre de 113,27 que nous retenons, ainsi que pour 2016 puisqu’il s’agit de la dernière année statistiquement connue.
  • Pour 2016, dernière année connue, comparé à l’année de base, le rapport entre 106,60 et 123,54 donne le chiffre de 86,29 qui, une fois « positivé », devient 113,71, chiffre que nous retenons.

 

7 – 8 – La teneur  en  CO2 de l’atmosphère (2018, Organisation météorologique mondiale) – coefficient 2

 

  • La teneur en CO2 de l’atmosphère est un élément très important car c’est lui qui permet vraisemblablement d’expliquer une bonne partie du dérèglement climatique.
  • L’organisation météorologique mondiale (OMM) publie tous les ans cet élément, à partir d’observations relevées quotidiennement sur différents sites de la planète.

                                  Teneur en CO2 de l’atmosphère

2000  (année de base)

367 PPM

2005

377 PPM

2010

389 PPM

2015

400 PPM

2018

408 PPM

             

  • La tendance est à la détérioration lente mais régulière de la situation ; le rapport entre 2005 et 2000 (377 / 367) donne le chiffre de 102,72 que nous « négativons » puisqu’il s’agit d’une détérioration de la situation. Nous retenons donc le chiffre de 97,28 pour la comparaison entre 2005 et 2000.
  • Quant à la comparaison entre 2010 et 2000 (389 / 367), elle donne le chiffre de 105,99 que nous « négativons » de la même façon. Nous retenons donc le chiffre de 94,01 pour la comparaison de 2008 avec l’année de base.
  • Pour 2015 comparé à 2000, le rapport entre 400 et 367 donne le chiffre de 108,99 que nous « négativons » de la même façon. Cela donne le chiffre de 91,01 que nous retenons.
  • Concernant 2018, le rapport entre 408 et 367 donne le chiffre de 111,17 qui, une fois « négativé », aboutit au chiffre de 88,83.

 

Avec le coefficient 2 ces chiffres deviennent respectivement 194,56 / 188,02 / 182,02  et 177,66

 

 

9 – L’accès à une eau  et à des installations  sanitaires de qualité (2015, Banque mondiale  – Little green data book)

 

  • La Banque mondiale publiait tous les ans jusqu’à présent sur Internet un ouvrage très intéressant intitulé : « The little green data book », où figuraient de nombreuses informations relatives à l’environnement dans le monde. J’apprends par les bureaux parisiens de la Banque Mondiale que cette publication ne paraîtra plus. Espérons que les données correspondantes seront à l’avenir publiées malgré tout. Nous publions les données  relatives  au pourcentage de la population mondiale « disposant d’un accès facilité à une source d’eau améliorée  et d’installations sanitaires (« sanitation » en anglais) de qualité ». La dernière année statistiquement connue est 2015, donnée que nous adoptons également pour 2018.
  • Les chiffres sont les suivants :

 

            Accès à une eau et à des installations sanitaires de qualité

 

Eau

Sanitaires

Moyenne

 

 

 

 

2000  (base)

81 %

56   %

68,5 %

2005

84,5 %

58,5 %

71,5 %

2010

88 %

63 %

75,5 %

2015

91 %

68  %

79,5 %

 

  • Le rapport entre 2005 et 2000 (71,5 / 68,5) donne le chiffre  de 104,38 que nous retenons.
  • Quant à la comparaison entre 2010 et 2000 (75,5 / 68,5), elle donne le chiffre de 110,22 que nous retenons.
  • Pour la comparaison entre 2015 et l’année de base, le rapport entre 79,5 et 68,5 donne le chiffre de 116,06 que nous retenons. Nous le reprenons également pour 2018 puisque 2015 est la dernière année statistiquement connue.

 

 

10  – Les forêts (2015,  FAO)

 

  • Les surfaces forestières ont évolué de la façon suivante entre 2000 et 2015selon les derniers chiffres de la FAO, issus de la publication intitulée : « Comment les ressources forestières mondiales ont changé en 25 ans » ».
  • Le tableau suivant retrace cette évolution et la rapporte au nombre d’habitants de la planète.

           

 

Surface forestière en millions d’hectares (1)

Population mondiale en millions (2)

(1) / (2)

 

 

 

 

2000  (base)

4085

6057

674,43

2005

4061

6438

630,79

2010

4033

6895

584,54

2015

3999

7355

543,71

 

  • Le rapport entre 2005 et 2000 (630,79 / 674,43) donne le chiffre de 95,53 que nous retenons pour la comparaison de 2005 avec l’année de base.
  • Le rapport entre 2010 et 2000 (584,54 / 674,43) donne le chiffre de 86,67 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.
  • La comparaison entre 2015, dernière année connue, et 2000 (543,71 / 674,43) donne le chiffre de 80,62 que nous retenons pour la comparaison entre 2010 et l’année de base, ainsi que pour 2018 comparé à l’année de base, puisqu’il s’agit de la dernière année statistiquement connue.

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

                                          

 

 Récapitulatif : Qualité de la vie, édition 2020

                                                (2000 =100)

 

 

2005 / 2000

2010 / 2000

2015 / 2000

2018 / 2000

 

 

 

 

 

1 – PIB  mondial par tête

127,18

149,34

211,20

242,21

2 – Disparités revenu par tête

  98,47

  89,90

105,56

102,83

3 – Esp.vie à la naissance

103,03

106,06

109,09

109,09

4 –  Disparités d’esp. vie

  97,07

108,33

117,02

118,97

5 -  Coefficient de GINI

  96,59

  96,73

  96,62

  97,88

6 – Les suicides

104,86

108,69

113,27

113,71

7 – 8 -  Le taux de CO2 (1)

194,56

188,02

182,02

177,66

9 -  Eau, sanitaires de qualité

104,38

110,22

116,06

116,06

10 – Les forêts

  95,53

  86,67

  80,62

  80,62

                    Moyenne

 102,17

104,40

113,15

115,90

 

(1) : Coefficient 2 suite à la suppression de l’indicateur relatif à la pureté de l’air, pour les raisons expliquées plus haut ; les données relatives aux moyennes 2005, 2010 et 2015 ont été recalculées en conséquence.

 

La tendance est à l’amélioration, notamment depuis 2010, concernant l’évolution du PIB par tête, la diminution des disparités d’espérance de vie entre pays pauvres et pays riches, l’accession à une eau et à des sanitaires de qualité  et la diminution relative du nombre des suicides. A l’inverse, le taux de CO2 dans l’atmosphère continue à augmenter, tandis que les surfaces forestières par habitant diminuent.

         

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

                           

 

 

D – Recherche, formation,  information, communication, culture

 

 

1 et 2 - La recherche – développement  (2017, Banque Mondiale)

 

  • Nous utilisons désormais les chiffres de la Banque mondiale, qui ont varié au gré des dernières publications;
  • Le tableau suivant permet de connaître cette dépense en % du PIB mondial.

 

 

 Dépenses de recherche-développement en % du PIB mondial

 

                       (Coefficient 2)

 

1990 – 2000

2,12 %

2000 – 2005

2,28 %

2005 – 2010

2,20 %

2015

2,23 %

2017

2,30 %

 

  • La progression entre 2000 - 2005 et 1990 - 2000 (2,28  / 2,12) donne le chiffre de 107,55, soit 215,10  avec le coefficient 2, chiffre  que nous retenons pour la comparaison de 2005 avec l’année de base.
  • Concernant la comparaison entre 2005 - 2010 et 1990 - 2000, le rapport entre 2,20 et 2,12 donne le chiffre de 103,77, soit 207,54 avec le coefficient 2.
  • Quant à la comparaison entre 2015 et 1990 - 2000 (2,23 / 2,12), elle donne le chiffre de 105,19, soit 210,38 avec le coefficient 2, chiffre que nous retenons pour la comparaison entre 2015 et 2000.
  • Pour 2017 comparé à l’année de base, le rapport entre 2,30 et 2,12 donne le chiffre de 108,49 qui, multiplié par 2, devient 216,98, chiffre que nous retenons.

 

 

3 et 4 – Le taux brut de scolarisation, primaire, secondaire et supérieur combinés,  garçons et filles, dans le monde (2018, UNESCO)

(Coef. 2)

 

  • Le niveau d’éducation dans le monde n’est  plus calculé par le PNUD de la même façon que les années précédentes. Nous choisissons donc de privilégier les taux de scolarisation publiés par l’UNESCO. Nous reprenons ici le « taux brut de scolarisation dans l’enseignement  primaire et  secondaire combinés » (premier chiffre dans le tableau)  et le « taux brut de scolarisation dans  l’enseignement supérieur » (second chiffre dans le tableau) ; l’évolution de ces éléments au cours des dernières années a été la suivante :                     

                     Taux brut de scolarisation mondial en %

2000  (année de base)

78 - 19 ; moyenne : 48,5

2005

83 - 24 ; moyenne : 53,5

2010

87 - 30 ; moyenne : 58,5

2015

90 - 36 ; moyenne : 63,0

2018

89 - 38 ; moyenne : 63,5

 

  • L’évolution de 2005 par rapport à 2000 (53,5 / 48,5) donne le chiffre de 110,31 que nous adoptons.
  • La comparaison entre 58,5 et 48,5 donne le chiffre de 120,62 que nous adoptons pour la comparaison entre 2010 et 2000.
  • Pour 2015 comparé à 2000, le rapport entre 63 et 48,5 donne le chiffre de 129,90 que nous adoptons.
  • En 2018, le rapport entre 63,5 et 48,5 donne le chiffre de 130,93 que nous retenons.  
  • Pour tenir compte de l’importance fondamentale de ce facteur (« Après le pain, l’éducation est le premier besoin du peuple »  disait Danton), nous lui accordons un coefficient 2, ce qui conduit au chiffre de 220,62 pour la comparaison entre 2005 et 2000, de 241,24 pour la comparaison entre 2010 et 2000, de 259,80 pour la comparaison de 2015 avec l’année de base et de 261,86  pour la comparaison entre 2018 et l’année de base.    

 

5 -  Les taux brut de scolarisation dans les pays pauvres, tous niveaux réunis, garçons et filles : l’évolution en Afrique Subsaharienne  (2018, UNESCO)

 

  • Nous reprenons ici les mêmes taux bruts de scolarisation, mais pour l’Afrique, symbole de la pauvreté dans tous les domaines. Il ne suffit pas en effet de mettre l’accent sur les moyennes mondiales : il faut voir aussi comment évolue la situation de l’éducation dans les pays les plus défavorisés. Le premier chiffre du tableau concerne le taux brut de scolarisation dans l’enseignement « primaire et secondaire combinés » ; le second chiffre concerne le taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur.
  • L’UNESCO privilégie désormais dans ses statistiques, non pas l’Afrique, mais l’Afrique subsaharienne, ce qui constitue un bon point, puisque GLOBECO a choisi cette région pour symboliser les pays pauvres. Nous procédons pour 2018 au raccordement nécessaire !

                 

Les taux bruts de scolarisation en pourcentage : l’Afrique 
 

2000 (base) Afrique

56 -  4 ; moyenne :   30,0

2000 (Afrique Subsaharienne

53 - 3 ; moyenne : 28

2005 (Afrique)

66 -   6 ; moyenne :   36,0

2010 (Afrique)

73 -   7 ; moyenne :   40,0

2015 (Afrique)

76 - 13 ; moyenne :   44,5

 

 

2015 (Afrique Subsaharienne)

74 -  9 ; moyenne : 41,5

2018 (Afrique Subsaharienne)

74 -  9 : moyenne : 41,5

 

  • La situation s’améliorenettement jusqu’à 2015 pour l’Afrique : le rapport entre 2005 et 2000 (36 / 30) donne le chiffre de 120, 00 que nous retenons.
  • Pour ce qui est de la comparaison de 2010 avec 2000, année de base, le rapport entre 40  et 30 donne le chiffre de 133,33 que nous retenons.
  • Pour 2015 par rapport à l’année de base, le rapport entre 44,5 / 30, ce qui donne le chiffre de 148,33 pour l’Afrique, et, concernant l’Afrique subsaharienne, le rapport entre 41,5 et 28 donne le chiffre de 148,21 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base. Nous retenons également ce chiffre pour 2018 puisque la situation n’a pas changé. 

 

   6 – Les disparités de taux de scolarisation, tous niveaux réunis, garçons et filles  (2018 – UNESCO)

 

  • L’amélioration de la situation dans les pays pauvres, représentés par l’Afrique, doit être jugée en fonction de la question suivante : existe-t-il un rattrapage par rapport à la moyenne mondiale? Pour le savoir, nous comparons l’évolution respective de la situation dans le monde et en Afrique depuis l’an 2000, en reprenant les chiffres de l’UNESCO cités plus haut.
  • Pour la raison expliquée dans le paragraphe précédent (Afrique Subsaharienne au lieu d’Afrique), nous procédons au raccordement nécessaire.
  • Les chiffres sont les suivants :

                            

Les disparités de taux de scolarisation

 

Afrique (1) jusqu’à 2015, puis Afrique Subsaharienne

Monde (2)

(1) / (2) en %

 

 

 

 

2000 (base)

30,0 % (Afrique)

48,5 %

61,86

 

 

 

 

2000 (base)

27 % (Afrique Subsaharienne)

48,5 %

55,67

 

 

 

 

2005

36,0 % (Afrique)

53,5 %

67,29

2010

40,0 % (Afrique)

58,5 %

68,38

2015

44,5 % (Afrique)

63,0 %

70,63

 

 

 

 

2015

41,5 (Afrique Subsaharienne)

63 %

65,87

2018

41,5 (Afrique Subsaharienne)

63,5 %

65,35

 

  • Le rattrapage existe: le rapport entre 2005 et 2000 pour l’Afrique (67,29 / 61,86) donne le chiffre de  108,78  que nous retenons pour la comparaison entre 2005 et 2000.
  • Quant à la comparaison entre 2010 et 2000 (68,38 / 61,86), elle donne le chiffre de 110,54 que nous retenons pour l’Afrique.
  • Entre 2015 et 2000, le rapport 70,63 / 61,86 donne le chiffre de 114,18 pour l’Afrique ; pour l’Afrique Subsaharienne, le rapport entre 65,87 et 55,67 donne le chiffre de 118,32 que nous retenons.
  • Pour la comparaison entre 2018 et l’année de base, concernant l’Afrique subsaharienne, le rapport entre 65,35 et 55,67 donne le chiffre de 117,39 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.   

 

7 – Le niveau d’alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans (2018, UNESCO) 

 

  • Le nombre d’exemplaires de journaux quotidiens payants et gratuits par millier d’habitants dans le monde n’a plus qu’une signification relative, et nous avons inytroduit pour le remplacer le niveau d’alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans. L’introduction de cette donnée depuis l’an 2000 modifie naturellement les résultats des années 2005 et 2010.

                 Taux d’alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans en % 

2000 (base)

87 %

2005

89 %

2010

90 %

2015

91 %

2018

92 %

  

  • L’augmentation est lente mais régulière ; en 2005, par rapport à 2000, le rapport entre 89  et 87  donne le chiffre de 102,30 que nous adoptons.
  • Le même mode de calcul (90 / 87) donne le chiffre de 103,45  que nous adoptons pour la comparaison de 2010 avec l’année de base.
  • Nouvelle progression en 2015: le rapport entre 91 et 87 donne le chiffre de 104,60 que nous adoptons.
  • Pour 2018, la comparaison entre 92 et 87 donne le chiffre de 105,75 que nous adoptons pour la comparaison avec l’année de base.                                                      

 

8 – Internet (2018, UIT)  

 

  • L’UIT (Union internationale des télécommunications) publie tous les ans des éléments très intéressants dans ce domaine sur son site Internet ; les données que nous retenons concernent  uniquement le pourcentage d’internautes. Cependant, pour tenir compte du fait que l’utilisation d’Internet était à ses débuts en 2000, nous prenons comme année de base la moyenne des années comprises entre 2000 et 2005.  
  • Depuis l’an 2000, les pourcentages mondiaux  sont les suivants :

                            Pourcentage d’internautes dans le monde

Moyenne 2000 - 2005  

11,20 %

2005

15,90 %

2010

29,70 %

2015

43,80 %

2018

51,40 %

        

  • La progression est forte : le rapport entre 2005 et l’année de base (15,90 / 11,20) donne le chiffre de 141,96 que nous retenons.
  • Quant au rapport entre 2010 et 2000 (29,70 / 11,20), il donne le chiffre  de 265,18 que nous retenons.
  • Le rapport entre 43,80 et 11,20 donne le chiffre de 391,07 que nous adoptons pour la comparaison entre 2015 et l’année de base.
  • Pour 2018 comparé à 2000, le résultat du rapport entre 51,40 et 11,20 est 458,92. Nous adoptons ce chiffre pour la comparaison de 2017 avec l’année de base.
  • – Le nombre de films (2017, IHS Markit)
  • Jusqu’à présent, Screen Digest, revue britannique très intéressante et très sérieuse, publiait chaque année les statistiques relatives au cinéma. Concernant le nombre de films produits dans le monde, le relais a été pris par la société IHS Markit qui publie désormais ces chiffres. Ils sont les suivants, pour les films de long métrage :

                                                    Nombre de films

 

2000  (année de base)

3782

2005

4886

2010

5843

2015

7653

2017

8026

                                           

  • L’évolution de 2005 par rapport à 2000 (4886 / 3782) donne le chiffre de 129,19 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.
  • Quant à la comparaison de 2010 avec 2000 (5843 / 3782), elle donne le chiffre de 154,49 que nous retenons pour la comparaison de 2010 avec l’année de base.
  • Pour 2015 comparé à 2000 (7653 / 3782), le chiffre correspondant est 202,35, que nous retenons également pour 2016 puisque 2015 est la dernière année statistiquement connue de façon définitive.
  • Pour 2017 comparé à l’année de base, le rapport entre 8026 et 3782 donne le chiffre de 212,21 que nous retenons.

 

 

10 – Les voyages touristiques internationaux (2018, OMT)

  • L’organisation mondiale du tourisme (OMT) publie et met à jour tous les ans le nombre de touristes internationaux ; les chiffres des dernières années sont les suivants en chiffres bruts et en pourcentage par rapport à la population mondiale :                                   

 

                                                Tourisme international

 

Chiffres (1)

Population (2)

(1) / (2)

 

 

 

 

2000 (base)

  687   millions

6057 millions

11,34  %

2005

  808       //

6438     //

12,55  %

2010

  949       //

6895     //

13,76  %

2015

1189       //

7355     //

16,17  %

2018

1407       //

7610     //

18,49  %

 

  • Le rapport entre 2005 et 2000 (12,55 / 11,34) donne le chiffre de 110,67 que nous adoptons pour la comparaison de 2005 avec l’année de base.
  • Quant au rapport entre 2010 et 2000, année de base (13,76 / 11,34), il donne le chiffre de 121,34 que nous adoptons.
  • La comparaison entre 2015 et 2000 (16,17 / 11,34) donne le chiffre de 142,59 que nous retenons.
  • Pour 2018, le rapport entre 18,49 et 11,34 donne le chiffre de 163,05 que nous retenons pour la comparaison avec l’année de base.

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Récapitulatif :

Recherche, formation, information, communication, culture

 

(2000 = 100), édition 2019

 

 

2005 / 2000 

2010 / 2000

2015 / 2000

2018 / 2000

         

1 et 2 -  recherche – développement

215,10

(coef.2)

207,54 (coef.2)

210,38 (coef.2)

216,98

(coef.2)

3  et 4 -  Niveau d’éducation

220,62

(coef.2)

241,24 (coef.2)

259,80 (coef.2)

261,86

(coef.2)

5 – Scolarisation  en Afrique Subsaharienne

120,00

133,33

148,21

148,21

6 – Disparités d’éducation 

108,78

110,54

118,32

117,39

7 – Alphabétisation  

102,30

103,45

104,60

105,75

8 – Internet

141,96

265,18

391,07

458,92

9 – Films

129,19

154,89

202,35

212,21

10 – Tourisme international

110,67

121,34

142,59

163,05

         

                Moyenne

114,86

133,75

157,73

168,44

 

L’évolution est ici nettement positive : toutes les statistiques traduisent une amélioration de la situation, avec une mention spéciale pour les progrès de l’éducation (y compris pour les filles et en Afrique subsaharienne), pour la production de films et, plus encore, pour Internet, mais aussi pour le tourisme international.

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Globalement, voici donc l’évolution, en chiffres arrondis,  des 4 chapitres de l’indice du bonheur mondial par rapport à l’année de base (2000 = 100) :

 

2005 / 2000

2010 / 2000

2015 / 2000

2018 / 2000

 

 

 

 

 

Paix et sécurité

  79

  76

108

111

Liberté, démocratie, droits humains 

104

109

112

116

Qualité de la vie

102

104

113

116

Intelligence et  culture

115

134

157

168

 

 

 

 

 

Bonheur mondial  

 100    

 106   

 122

127

 

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------

 

CONCLUSION : NE DESESPERONS PAS LA PLANETE !

 

Il ne s’agit évidemment p as d’occulter  les mauvaises nouvelles, mais il ne s’agit pas non plus de  mettre l’accent uniquement sur les mauvaises nouvelles.  Voici, pour la période 2000 – 2018, ce qu’il faut retenir parmi les bonnes et les mauvaises nouvelles.

 

 

– Les 6 mauvaises nouvelles

 

  • Le nombre de casques bleus et assimilés a augmenté de façon importante entre 2000 et 2005, et la baisse enregistrée depuis n’inverse pas cette évolution : leur nombre (145 000) est encore élevé par rapport à la situation de l’an 2000 (124 000).
  • En outre, deux  indicateurs d’environnement sont au rouge : il s’agit de l’accumulation de CO 2 dans l’atmosphère et de la surface forestière par habitant.
  • Le niveau moyen de liberté de la presse  montre des signes très inquiétants  d’aggravation de la situation.
  • Les dirigeants chinois cessent désormais de publier le nombre d’exécutions capitales réalisées dans leur pays. C’est un grand sujet d’inquiétude, qui révèle à quel point les dirigeants chinois ont encore de grands progrès à faire !
  • Enfin et surtout, le nombre de personnes déplacées, qui avait baissé entre 2000 et 2005, augmente sensiblement d’année en année depuis cette date.

 

-  Les  20 bonnes nouvelles

 

  • Le potentiel nucléaire militaire a diminué considérablement : 15 195 ogives en 2000, 3750 en 2018.
  • Les dépenses militaires sont passées dans le monde de 2,60 %  du PIB en 2000 à 2,10 % en 2018.
  • Les catastrophes naturelles ont été moins meurtrières depuis 2010, et cela pèse beaucoup dans l’amélioration de l’IBM constatée dans les dernières éditions.
  • Les morts violentes par million sont passées de 757 à 656 depuis l’an 2000.
  • Le pourcentage de femmes parlementaires est passé durant la même période  de 14 à 25 %.
  • Le taux brut de scolarisation des filles dans le primaire et le secondaire est passé de 75 à 89 %.
  • En Afrique subsaharienne, le taux brut de scolarisation des filles et des garçons dans le primaire, le secondaire et le supérieur est passé de 28 à 41,5 %.
  • Le taux brut de scolarisation dans le primaire, le secondaire et le supérieur, garçons et filles réunis, est passé dans le monde de 48,5 à 63,5 %.
  • Les disparités d’éducation dans le monde ont diminué, avec une amélioration de la situation de 17 % ;
  • Le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (TMM 5) est passé de 73 à 39 pour 1000 naissances vivantes.
  • Le PIB mondial par tête, calculé selon la parité de pouvoir d’achat (PPA) est passé de 7410 à 17 948 dollars.
  • L’espérance de vie à la naissance est passée de 66 à 72 ans.
  • Concernant l’espérance de vie à la naissance, l’Afrique subsaharienne était à 71 % de la moyenne mondiale en 2000. Ce pourcentage est de 85 % en 2017.
  • Le nombre de suicides par million est passé de 123 à 107.
  • Même évolution favorable pour le nombre de films : 3782 en 2000, 8026 en 2017.
  • La fourniture d’eau potable  saine et l’accession à des sanitaires corrects ont progressé dans le monde depuis l’an 2000, passant de 68,5 à 79,5 %.
  • Les touristes internationaux ont progressé très sensiblement    depuis l’an 2000, passant de 11,3 à près de 19 % de la population mondiale.
  • Le risque-pays, qui mesure la sécurité économique et financière dans le monde, s’était détérioré en entre 2000 et 20010. Il a recommencé à s’améliorer !
  • Le pourcentage d’utilisateurs d’Internet est passé de 11 à 51 % de la population mondiale.
  • Enfin, selon le Bureau International du Travail, le nombre de chômeurs est passé de 6,3 % de la population active en 2000 à 5 % en 2018.  

 

La progression de 27 % De l’IBM entre 2000 et 2018 est la synthèse de ces évolutions.

 

                          

 

Récapitulatif des mauvaises et des bonnes nouvelle

 

- Le chiffre entre parenthèse est l’évolution de 2018 par rapport à l’an 2000 = 100. Attention aux éléments « positivés » ou « négativés » ! Par exemple, pour les personnes déplacées, leur nombre a augmenté de 82 % entre 2000 et 2015. Ce chiffre, « négativé », devient 18, avec la mention « N », la mention « P » signifiant que le chiffre a été « positivé ». Rappelons que les chiffres inférieurs à 100 traduisent une détérioration de la situation et inversement.

- Mauvaises nouvelles :  le chiffre 18 pour les personnes déplacées signifie que leur nombre a augmenté de 82 % : c’est la plus mauvaise nouvelle : le nombre 90 pour le CO 2 signifie que son taux dans l’atmosphère a augmenté de 10 %.

- Bonnes nouvelles : le chiffre  434 indique que le pourcentage d’internautes a été multiplié par 4,34 entre 2000 et 2017 : c’est l’évolution la plus favorable ;  en bas de tableau, le chiffre 109 pour l’espérance de vie signifie que cette dernière a augmenté de 9 %.

 

Globalement, entre 2000 et 2017, 14 éléments sont restés relativement stables, 6 se sont détériorés nettement et 20 se sont améliorés nettement.    

Mauvaises  nouvelles (6)

Bonnes nouvelles (20)

 

 

1 -  Personnes déplacées (11-N)

Internet (459)

2 - Forêts (81)

PIB par tête (242)

3 - peine de mort (83-N)

Nombre de films (212)

4 - Casques bleus (83-N)

Femmes parlementaires (178)

5 - Liberté de la presse (84)

Potentiel nucléaire (175.P)

6 - CO 2 (89 N)

Catastrophes naturelles (175.P)

 

Tourisme international (163)  

 

Scolarisation en Afr.Sub. (148)

 

TMM 5 (147-P)

 

Scolarisation mondiale (131)

 

Fracture mondiale esp.vie (119.P)

 

Dépenses militaires (119.P)

 

Fracture mondiale éducation (117.P)

 

Eau et sanitaires (116) 

 

Suicides (114-P)

 

Morts violentes (113-P)

 

Risque-pays (110.P)

 

Chômage (110.P)

 

Espérance de vie (109)

 

R&D (108)

 

 

 

Les lecteurs de GLOBECO savent que nous nous refusons à jouer les prophètes de malheur : plus que jamais, il faut affirmer qu’il ne sert à rien de désespérer la planète, sauf à affirmer par principe que le monde va de plus en plus mal dans tous les domaines, ce qui n’est pas vrai : la progression de l’indice du bonheur mondial est de 27 % depuis l’an 2000,   et le nombre de bonnes nouvelles (20) est trois fois plus élevé que celui des mauvaises (6).

 

 

 

BONHEUR MONDIAL : LE CLASSEMENT PAR PAYS

                                            

EDITION 2020

                          

 Depuis plus de 10 ans, GLOBECO publie le classement de 60 pays selon les critères utilisés pour définir le bonheur mondial et le bonheur par pays. Par rapport aux années précédentes, dont les résultats sont consultables sur www.globeco.fr, rubrique : « Bonheur mondial », nous confirmons ou introduisons  quelques modifications dont l’objet est évidemment d’améliorer les premières versions de ce gros travail. Disons tout de suite que l’armature globale reste la même :

  • Nous gardons les 4 grands chapitres qui constituent les constituants de l’indice du bonheur mondial : la paix et la sécurité ; la liberté, la démocratie et les droits de la personne humaine ; la qualité de la vie ; l’intelligence et la culture.
  • A l’intérieur de ces 4 grands chapitres, nous conservons globalement les mêmes rubriques que l’an passé, avec le maintien des  deux modifications majeures introduites dans les précédentes versions : la prise en compte des morts violentes, c'est-à-dire des morts non naturelles, et des suicides. Cela apporte à notre classement une crédibilité supplémentaire.
  • Nous conservons aussi, sans doute définitivement, la liste des pays concernés, pour qu’elle soit  représentative de la diversité du monde actuel : les 60 pays classés comprennent 85 à 90 % de la population mondiale et du PIB mondial.
  • Enfin, malgré l’abandon du critère relatif à la pureté de l’air dans le calcul de l’IBM, puisque les statistiques publiées désormais ne permettent pas de remonter jusqu’à l’an 2000, nous maintenons cet indicateur pour le classement par pays puisque la Banque Mondiale publie toujours cet élément pour les années les plus récentes.

 

Il  faut  répondre à deux  critiques qui m’ont été souvent faites par des lecteurs ou par des journalistes :

  • Première critique : il faudrait introduire un classement d’attractivité qui conduirait, par exemple, à privilégier la France, pays reconnu par tous comme agréable, par rapport, par exemple, à la Suède, pays où l’hiver est très long et les journées souvent très courtes … L’argument est recevable, mais très difficile à mettre en œuvre : la France est certes un pays agréable, du moins pour ceux qui ont les moyens d’en profiter, mais comment quantifier la splendeur et la variété de nos paysages ou la qualité de nos produits de terroir ? En outre, notre classement n’a quand même rien à voir avec le Club Méditerranée, et je ne vois  pas comment on pourrait décider que la France est plus ou moins « attractive » que la Suisse ou le Canada ; il faudrait aussi, évidemment, tenir compte de l’attractivité  « économique » de notre pays ; faudrait-il donc  choisir un critère qui marierait le nombre de touristes étrangers dans chaque pays avec les investissements étrangers ? Difficile, car il faudrait tenir compte également  du nombre des touristes « intérieurs » (l’attractivité se mesure aussi au fait que certaines personnes peuvent préférer prendre leurs vacances dans leur propre pays) ainsi que de la taille géographique et  / ou du nombre des habitants de chaque pays : il est naturel que la France, avec sa taille et ses 65 millions d’habitants, attire plus de touristes que la Suisse, sans compter que beaucoup de nos touristes sont simplement de passage pour aller en Espagne ou en Italie …
  • Ensuite, il m’est souvent reproché de « mesurer » le bonheur mondial et le bonheur par pays en fonction de critères qui seraient « occidentaux »; cette critique est à première vue exacte, car je suis effectivement un Occidental, mais peut-on vraiment considérer qu’il n’y a qu’en Occident qu’on préfère la paix à la guerre, la liberté à la dictature, la qualité de la vie à la misère et l’école à l’analphabétisme ? Par ailleurs, mes critères sont très largement inspirés de la déclaration universelle des droits de l’homme, et je ne vois  pas pourquoi, au nom de je ne sais quelle diversité des civilisations, il faudrait renier cette déclaration qui me paraît toujours d’actualité. D’ailleurs, la soif de liberté et de savoir  qui apparaît aujourd’hui dans un certain nombre de pays arabes et autres me paraît démontrer son universalité et sa permanence.

 

 

Cela dit, je répète ce que j’affirme depuis le début : mon classement reflète la situation de chaque pays en fonction des critères choisis ; il ne prétend aucunement que tous les Suédois sont heureux ni même que les Suédois sont plus heureux que les Français du fait que le classement de la Suède est meilleur que celui de la France : le bonheur individuel est trop personnel pour qu’on puisse le mesurer, sauf par sondages. Par contre, ce classement signifie que les pays bien classés bénéficient d’un fort coefficient de « bonheur collectif », c'est-à-dire de conditions favorables à l’épanouissement du bonheur individuel.

 

 

Pourtant, s’il faut à tout prix argumenter, je note que le classement de GLOBECO est très proche des autres classements établis, soit par la méthode des agrégats statistiques, soit par la méthode des sondages. 

Place donc à nos 4 chapitres !

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------  

 

 

PAIX ET SECURITE – Edition 2020

 

          Nous maintenons dans le classement le « risque pays » de la COFACE qui constitue un critère de sécurité économique et financière ; par contre, le SIPRI ne prend plus en considération les conflits armés majeurs, et nous pallions ce manque en tenant compte du nombre d’homicides par pays, critère dont chacun conviendra qu’il est particulièrement important.    

 

         Les 5 critères retenus dans ce chapitre sont donc les suivants :

  • Paix
  • Morts violentes
  • Corruption
  • Sécurité économique et financière
  • Homicides

 

 

1 – Global Peace Index  (2018,  Institute for Economics and Peace)
 

  • Le classement établi par « Institute for Economics ans Peace » depuis 2007, prend en considération 22 éléments significatifs de la situation plus ou moins pacifiée de chaque pays ;
  • Ces éléments sont principalement les suivants : stabilité politique, respect des droits, terrorisme, manifestations violentes, nombre de prisonniers, effectifs militaires, de police et de gendarmerie, détention d’armes à feu, mouvements de réfugiés, prises d’otages …
  • Le classement figure dans la première colonne du tableau « paix et sécurité ».

 

2 – Morts violentes (2016, OMS)

 

  • Les morts violentes, selon l’OMS, sont toutes les morts non naturelles, causées par des traumatismes : il s’agit notamment des accidents de la route, des suicides, des victimes de catastrophes naturelles, de conflits armés ou d’homicides …Il s’agit donc d’un critère très important pour juger de la plus ou moins grande sécurité des habitants de tel ou tel pays.
  • On notera que la situation a évolué au cours des dernières années. Ce sont désormais Israël, l’Espagne et le Royaume Uni qui ont le moins de morts violentes.
  • Le classement par pays pour 2016, dernière année connue, figure dans la deuxième colonne du tableau « paix et sécurité ».

 

3 – Corruption (2018, Transparency International)

 

  • Il faut expliquer pourquoi nous classons la corruption dans le chapitre relatif à la paix et à la sécurité : d’abord, la corruption introduit dans la vie de chacun une insécurité quotidienne et, surtout, elle est souvent l’alliée de tous les tricheurs qui transgressent les lois et les règlements : quand la corruption règne, les criminels et les mafias ne sont jamais loin !
  • Transparency International publie tous les ans des données très intéressantes sur la façon dont les hommes d’affaires évaluent la corruption des fonctionnaires des différents pays ; il s’agit donc de données relatives à la perception de la corruption, d’où l’appellation d’indice de la perception de la corruption (IPC) et le classement en question est publié sous notre seule responsabilité.
  • On notera que les pays du Nord de l’Europe (Danemark, Finlande, Suède, Pays Bas, Norvège), en compagnie de la Suisse,  font un tir groupé en tête du classement !   
  • Le classement des 60 pays figure dans la troisième colonne du tableau « paix et sécurité ».

 

4 – Sécurité économique et financière (2018, COFACE)

 

  • Cet élément, que la COFACE appelle « risque-pays », mesure la sécurité économique et financière des différents pays.
  • Le classement des 60 pays,  figure dans la quatrième colonne du tableau « paix et sécurité ».

 

5 – Homicides (Office des Nations Unies pour la lutte contre les drogues et les crimes, 2016)

 

  • Comme nous l’avons dit plus haut, le nombre d’homicides est un critère particulièrement important concernant la sécurité des habitants de n’importe quel pays. Les derniers chiffres publiés par l’Office spécialisé des Nations Unies contre la drogue et le crime concernent le plus souvent 2016.  
  • Le classement des 60 pays dans ce domaine figure dans la cinquième colonne du tableau suivant. Les pays les plus défavorisés dans ce domaine sont sans surprise des pays d’Amérique du Sud (Mexique, Brésil, Colombie, Venezuela), accompagnés de l’Afrique du Sud.

 

                                  PAIX ET SECURITE, édition 2020 

Paix

 

Morts violentes

Corruption

 

Sécurité économique et financière

Homicides

 

 

 

 

 

 

1 - Portugal

1 - Israël

1 - Danemark

1 - Norvège

1 - Japon

2 - Autriche

2 - Espagne

2 - Finlande

   - Allemagne

2 - Indonésie

3 - Danemark

3 - Roy. Uni  

3 - Suède  

   - Pays Bas

3 - Norvège   

4 - Canada

4 - Danemark

   - Suisse   

   - Suisse

4 - Suisse

5 - Japon

5 - Pays-Bas

5 - Norvège    

   - Autriche  

5 - Pays-Bas

6 - Tchéquie

6 - Irlande

6 - Pays-Bas

6 -  Canada        

6 - Chine   

7 - Suisse  

7 - Grèce  

7 - Allemagne

   - France

7 - Tchéquie  

8 - Irlande

8 - Italie

8 - Roy.Uni

   - Etats-Unis

8 - Corée Sud  

9 - Australie

9 - Norvège

   - Autriche

   - Belgique

9 - Pologne

10 - Finlande

10 - Portugal   

   - Australie

   - Australie

10 - Autriche       

11 - Malaisie

11 - Australie

   - Canada 

   - Finlande

11 - Portugal

12- Pays Bas

12 - Suisse

12 - Belgique    

   - Danemark

12 - Espagne

13- Belgique

13 - Allemagne

13 - Irlande

   - Espagne

13 - Italie   

14 - Suède

14 - Suède

14 - Japon   

   - Corée Sud     

14 - Grèce

15 - Norvège

15 - Canada

15 - Etats-Unis   

   - Tchéquie  

15 - Irlande   

16 - Hongrie

16 - Tunisie

     - France    

    - Israël

16 - Australie

17- Allemagne

17 - Japon

17 - Chili

    - Japon         

17 - Danemark

18 - Roumanie

18 - Maroc

18 - Portugal 

    - Portugal       

18 - Suède

19 - Chili

19 - Autriche

     - Espagne 

     - Suède         

19 - Roy.Uni  

20 - Pologne

20 - Chili

20 - Israël

20 - Roy.Uni

20 - Allemagne  

21 - Espagne

21 - Turquie   

21 - Tchéquie  

     - Irlande

21 - Maroc

22 - Italie

22 - Egypte 

     - Corée Sud

     - Pologne   

22 - Roumanie  

23 - Indonésie

23 - Malaisie

23 - Pologne   

     - Malaisie

23 - Algérie

24 - Roy.Uni

24 - Chine

24 - Italie

     - Chili

24 - France

25- Corée Sud

25 - Cuba  

     - Ar.S.dite

     - Hongrie            

25 - Israël              

26 - Viet Nam

26 - Indonésie

     - Malaisie

26 - Italie

26 - Finlande       

27 - Sénégal

27 - Ouzb.stan

27 - Grèce

     - Phil.pines    

27 - Ar.S.dite

28 - France

28 - B.desh

     - Cuba   

     - Pérou    

28 - Viet Nam  

29 - Grèce

29 - Belgique

29 - Argentine 

     - Roumanie  

29 - Canada   

30 - Sri Lanka

30 - Finlande

      - Sénégal

     - Indonésie

30 - Belgique

31 - Argentine

31 - France

31 - Hongrie

     - Thaïlande 

31 - Hongrie

32 - Pérou

32 - Corée Sud

     - Afr.Sud

     - Colombie

32 - Malaisie

33 - Tunisie

33 - Argentine

     - Roumanie   

     - Maroc  

33 - Myanmar  

34 - Maroc

34 - Algérie  

34 - Tunisie   

34 - Brésil      

34 - B. desh

35 - Cuba

35 - Mexique 

35 - Inde 

     - Russie

35 - Iran

36 - B. Desh

36 - Etats-Unis

     - Maroc

     - Chine

36 - Sri Lanka  

37 - Ouzb.stan

37 - Iran

     - Chine 

     - Sénégal      

37 - Egypte

38 - Chine

38 - Phil.pines

38 - Indonésie   

     - Inde

38 - Tunisie

39 - Algérie

39 - Pérou  

39 - Turquie    

     - Mexique     

39 - Ouzb.stan

40 - Brésil

40 - Ar.S.dite  

40 - Sri Lanka   

     - Grèce  

40 - Thaïlande

41 - Th.lande

41 - Roumanie  

41 - Colombie  

     - Viet Nam

41 - Inde

42 - Myanmar  

42 - Viet Nam

     - Viet Nam  

     - Tunisie

42 - Chili

43- Afr.Sud

43 - Hongrie

     - Ethiopie    

     - Afr.Sud

43 - Turquie

44- Etats-Unis

44 - Sri Lanka

44 - Pérou

44 - Argentine               

44 - Pakistan

45 - Ar.S. dite

45 - Pologne

     - Thaïlande    

     - Sri Lanka     

45 - Cuba  

46 - Ethiopie

46 - Tchéquie

46 - Brésil

     - B.Desh   

46 - Etats-Unis

47 - Phil.pines

47 - Pakistan

     - Egypte

     - Ethiopie

47 - Argentine

48 - Egypte

48 - Myanmar

     - Algérie

     -  Turquie

48 - Ukraine

49 - Iran

49 - Thaïlande

49 - Phil.pines

      - Nigeria

49 - Sénégal

50 - Mexique

50 - Ukraine  

50  - Pakistan

     - Ukraine

50 - Ethiopie

51 - Inde 

51 - Brésil

51 - Ukraine

     - Ouzb.stan

51 - Pérou

52 - Colombie

52 - Inde  

52 - Mexique   

     - Algérie

52 - Nigeria

53 - Venezuela

53 - Afr.Sud

     - Myanmar  

     - Ar.S.dite

53 - Russie

54 - Israël

54 - Sénégal

54 - Russie  

      - Egypte              

54 - Phil.pines

55 - Nigeria

55 - Colombie 

55 - Iran

55 - RD Congo   

55 - RD Congo

56 - Ukraine 

56 - Ethiopie

     -  B.Desh

     - Pakistan    

56 - Mexique

57 - Turquie 

57 - Russie        

     - Nigeria

     - Myanmar      

57 - Colombie

58 - Pakistan

58 - Nigeria   

58 - Ouzb.stan   

58 - Iran     

58 - Brésil

59 - Russie  

59 - Venezuela  

59 - RD Congo  

     - Venezuela

59 - Afr.Sud

60 - RD Congo

60 - RD Congo

60 - Venezuela

     - Cuba  

60 - Venezuela

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

LIBERTE, DEMOCRATIE ET DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE

 

Edition 2020

 

             Les 5 critères retenus dans ce domaine sont les suivants :

  • La démocratie
  • La liberté de la presse
  • Les droits des femmes
  • Les droits des enfants
  • La peine de mort

 

1 – Démocratie (2018,  Freedom House)

 

  • Les statistiques de Freedom House permettent de classer les différents pays en fonction de leur respect de la démocratie ; on n’est pas surpris de retrouver au dernier rang l’Arabie saoudite, derrière  la Chine,  l’Ouzbékistan, Cuba,  le  Venezuela et l’Iran.
  • Le classement des 60 pays figure dans la première colonne du tableau « liberté, démocratie, droits de l’homme ».

 

2 – Liberté de la presse (2018, Reporters Sans Frontières )

 

  • C’est désormais Reporters sans Frontières qui classe les différents pays en fonction de leur plus ou moins grande liberté de la presse ; dans ce domaine, les dernières places sont occupées par la Chine, le Viet Nam, l’Arabise Saoudite, l’Iran et Cuba.
  • Le classement des 60 pays figure dans la deuxième colonne du tableau « liberté, démocratie, droits de l’homme ».

 

3 – Droits des femmes (2018, PNUD)

 

  • Nous reprenons ici le classement des différents pays en fonction des données qui figurent dans le nouvel indice du PNUD relatif aux inégalités entre hommes et femmes dans le monde (« Gender Inequality Index »)
  • Le classement des 60 pays figure dans la troisième colonne du tableau « liberté, démocratie, droits de la personne humaine ».

 

4 – Droits des enfants : le TMM 5 (2018, WDI)

 

  • Le premier droit des enfants est de vivre, et nous retenons donc le TMM 5 (Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans), tel qu’il est publié tous les ans par la Banque Mondiale (WDI), pour caractériser les droits des enfants.
  • Le classement des 60 pays dans ce domaine figure dans la quatrième colonne du tableau « liberté, démocratie, droits de l’homme »

 

5 – Peine de mort (2018, Amnesty International)

 

  • Amnesty International publie tous les ans des documents très intéressants sur l’évolution de ce problème dans le monde ; notre classement, qui n’a pas beaucoup changé depuis l’an passé, reprend les différentes situations :
  • Les 32 premiers pays sont ceux où la peine de mort est abolie en fait et en droit pour tous les crimes, quels qu’ils soient, y compris les crimes de guerre.
  • Les 4 pays suivants, classés 33èmes, ont aboli la peine de mort pour les crimes de droit commun, mais se réservent de l’appliquer pour des crimes « particulièrement odieux » ou pour des crimes de guerre.
  • On trouve ensuite, à la 37ème place, 7 pays non abolitionnistes en droit mais abolitionnistes en fait, qui n’ont  procédé depuis plusieurs années à aucune exécution capitale.
  • On trouve ensuite à partir de la 44ème place deux pays non abolitionnistes où les exécutions capitales ont existé dans un passé récent, mais où aucune exécution capitale n’a eu lieu en 2018.
  • On trouve enfin, à partir de la 46ème place, les pays où ont eu lieu en 2018 des exécutions capitales, parmi lesquels les plus « actifs » sont la Chine, l’Iran, l’Arabie Saoudite et le Viet Nam, qui regroupent à eux seuls plus de 80 % des exécutions capitales de l’année concernée.
  • Notons également, pour le déplorer, qu’à l’image de la Chine, des pays comme le Viet Nam essaient de maintenir secrètes les données relatives au nombre d’exécutions capitales liées à la drogue dans leur pays.
  • Le classement des 60 pays dans ce domaine figure dans la cinquième colonne du tableau « liberté, démocratie, droits de l’homme ».

 
 

 

LIBERTE, DEMOCRATIE, DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE


 

Edition 2020

 

Démocratie

 

Liberté de la presse

Droits des femmes

Droits des enfants

Peine de mort

 

 

 

 

 

1 - Norvège

1 - Norvège  

1 - Norvège  

1 - Finlande

1 - Afr.Sud

    Finlande

2 - Finlande

2 - Suisse

2 - Japon   

    Allemagne

    Suède

3 - Suède       

3 - Irlande

   - Norvège

    Australie

4 - Pays Bas

4 - Pays Bas  

4 - Allemagne

   - Suède

    Autriche

5 - Canada

5 - Danemark  

5 - Australie   

   - Espagne  

    Belgique

6 - Australie 

6 - Suisse

6 - Suède

   - Tchéquie

    Ouzb.stan

     Danemark

7 - Belgique

7 - Pays Bas

   - Corée Sud

    Canada

     Irlande

8 - Portugal  

8 - Danemark

   - Italie

    Colombie

9 - Japon

9 - Allemagne

9 - Finlande  

9 - Australie

    Danemark

     Suisse

10 - Irlande

10 - Canada  

    - Irlande

    Espagne

     Belgique

11 -  Autriche    

11 - Roy.Uni  

    - Autriche     

    Finlande

     Portugal

12 - Canada  

     - Etats-Unis   

    - Israël

    France

13- Allemagne

13 - Australie

13 - Belgique   

    -Allemagne  

    Grèce

      Roy.Uni

14 - Espagne

14 - Japon   

    - Portugal

    Italie

15 - Autriche

15 - Afr.Sud

15 - Autriche

    - Belgique  

    Hongrie

16 - Espagne

16 - France

16 - Israël

    - Pays bas

    Irlande

17 - Tchéquie

17 - Roy.Uni  

     -  Corée Sud    

    - France

    Mexique

18 - France

18 - Tchéquie  

18 - Espagne  

    - Suisse           

    Norvège

       Chili

19- Corée Sud

19 - France

    - Roy.Uni       

    Pays Bas

20 - Italie

20 - Italie

     - Tchéquie   

    - Danemark     

    Pologne

21 - Grèce   

21 - Chili

21 - Italie

     - Hongrie     

    Portugal

22 - Etats-Unis

22- Roumanie    

22 - Grèce   

     - Pologne   

    Tchéquie

23 - Argentine     

23- Etats-Unis

     - Pologne  

23 - Canada

    Roumanie

24 - Pologne

24 - Sénégal

24 - Ar.S.dite

     - Grèce

    Roy.Uni

25 - Corée Sud

25- Argentine

25 - Portugal  

     - Cuba

    Suède

       Roumanie        

26 - Pologne

26 - Chili  

26- Etats-Unis     

    Suisse

27 - Afr.Sud     

27 - Grèce   

27 - Hongrie

    - Ar.S.dite

    Turquie

28 - Israël   

28 - Japon

28 - Argentine   

    - Chili

    Ukraine

29 - Brésil    

29 - Tunisie

29 - Russie  

    - Russie  

    Venezuela

30 - Pérou

30 - Pérou   

30 - Roumanie  

    - Roumanie  

    Phil.pines

31 - Sénégal       

31- Hongrie

31 - Turquie   

    - Sri Lanka  

    Sénégal

       Inde     

32 -Israël     

32 - Malaisie

32 - Malaisie

    Argentine

33 - Tunisie        

33 - Ukraine

33 - Iran

33 - Chine  

33 - Chili

     - Hongrie  

34 - Brésil

34 - Sri Lanka   

     - Ukraine

       Brésil

35 - Colombie  

35 - Ethiopie

35 - Cuba

     - Th.lande  

       Israël

36 - Mexique

36 - Nigeria  

36 - Mexique  

36- Argentine

       Pérou

       Ukraine

37 - Malaisie       

37 - Thaïlande  

37 - Turquie   

37- Corée Sud 

38 - Indonésie       

38 - Indonésie       

38 - Brésil

38 - Mexique      

       Algérie

39 - Phil.pines

39 - Sri Lanka

     - Colombie

39 - Brésil         

       Maroc

40 - Sri-Lanka              

40 - Colombie  

40 - Algérie   

     - Colombie  

       Myanmar

41 - Malaisie  

41-  Phil.pines   

     - Pérou

     - Pérou

       Russie

42 - Nigeria  

42 - Maroc

42 - Chine    

     - Iran

       Sri Lanka

43 - B.desh

43- Thaïlande  

43 - Ukraine  

43 - Tunisie

       Tunisie

44 - Pakistan   

44 - Myanmar

44 - Tunisie

44 - Viet Nam        

44  - B.desh

45 - Maroc     

45 - Inde  

45 - Venezuela

     - Egypte   

         Malaisie

46 - Algérie

46 - Algérie  

46 - Phil.pines

    - Ouzb.stan  

46 - Cuba

47 - Turquie

47 - Pakistan

47 - Ouzb.stan

47 - Maroc  

      Thaïlande

     - Thaïlande

48 - Mexique    

48 - Indonésie  

48 - Algérie   

      Ethiopie   

49 - Myanmar   

49- Venezuela

49 - Afr.Sud  

49 - Ind.sie     

      Inde     

50 - Ethiopie

50 - Russie  

50 - Egypte

     -Venezuela   

      Indonésie

51 - Egypte

51 - B.Desh  

51 - Viet Nam  

51- Phil.pines

     Egypte

52 - Russie       

52- RDCongo

52 - Maroc  

52 - B.desh

     RD Congo  

     - Viet Nam

53 - Turquie   

53 - Inde   

53 - Afr.Sud   

     Etats-Unis

54 - RDCongo

54- Ouzb.stan  

54 - B.desh   

54 - Inde  

      Nigeria   

55 - Iran

55 - Egypte

55 - Myanmar

55 - Sénégal

      Japon

56 - Venezuela

56 - Cuba

56 - Pakistan

56 - Myanmar  

      Pakistan

57 - Cuba  

57 - Iran  

57 - Sénégal

57 - Ethiopie

57 - Viet Nam

58 - Chine  

58 - Ar.S.dite   

58 - Ethiopie

58 - Pakistan  

58 - Ar.S.dite

     - Ouzb.stan   

59 - VietNam  

59 - RD Congo

59 -RDCongo  

59 - Iran

60 - Ar.S.dite

60 - Chine  

 

60 - Nigeria  

60 - Chine  

 

 

Manque : Nigeria

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                        

 

QUALITE DE LA VIE  - Edition 2020

 

 

         Les 5 critères retenus dans ce domaine sont les suivants :

  • Le produit brut par tête
  • Le coefficient de GINI
  • L’espérance de vie à la naissance
  • Les suicides
  • La pollution de l’air ; nous maintenons cet élément, bien qu’il ne figure plus, pour les raisons invoquées plus haut, dans notre IBM. En effet, la Banque Mondiale continue à publier des éléments qui permettent d’effectuer dans ce domaine un classement par pays.

 

1 – Produit brut par tête (2018, WDI, Banque mondiale)

 

  • Le produit brut  par tête est évidemment un facteur important du niveau de vie, et donc de la qualité de la vie ; nous choisissons de classer les pays en fonction de leur revenu brut  par tête exprimé en dollars et calculé selon la méthode de la parité de pouvoir d’achat (PPA), méthode qui est la mieux à même de comparer le niveau de vie des différents pays. Notre source est désormais le document annuel de la Banque Mondiale intitulé « World development indicators », la référence exacte en termes anglo-saxons étant « gross national income ».
  • Le classement des 60 pays figure dans la première colonne du tableau « qualité de la vie ».

 

2 – Coefficient de GINI (2017, Banque Mondiale)

 

  • Le coefficient de GINI, publié tous les ans par différentes sources pas toujours concordantes et concernant parfois des années assez anciennes, permet de classer les pays en fonction de l’inégalité interne des revenus : plus un pays a une « note » élevée et plus les inégalités de revenus sont fortes dans ce pays ; c’est ainsi par exemple que les pays d’Amérique du Sud ont, avec l’Afrique du Sud, le coefficient de GINI le plus élevé.
  • Le classement des 60 pays selon ce critère figure dans la deuxième colonne du tableau « qualité de la vie ».

 

3 – Espérance de vie (2016, PNUD)

 

  • les données relatives à l’espérance de vie à la naissance sont publiées tous les ans par le PNUD, et elles permettent de saluer dans ce domaine la première place du Japon, mais aussi les bonnes places de l’Espagne, du Portugal, de la France, de la Grèce et de l’Italie c’est à dire de pays développés situés en tout ou partie sur le pourtour méditerranéen.
  • Le classement des 60 pays figure dans la troisième colonne du tableau « qualité de la vie ».

 

4 – Suicides (2016, OMS)

 

  • Grâce à l’OMS (Statistiques sanitaires mondiales) qui a publié ses derniers chiffres pour 2016, dernière année connue, nous pouvons maintenir ce critère très important dans notre indice.
  • Le classement par pays du nombre de suicides rapporté à la population de chaque pays concerné figure dans la quatrième colonne du tableau « qualité de la vie ». On notera que de nombreux pays musulmans sont dans les 10 premiers pays classés, que les pays développés, y compris d’Europe du Nord, sont mal classés, et que 4 pays membres de l’ancien bloc soviétique (Russie, Ukraine, Pologne, Hongrie) sont dans les 10 derniers, en compagnie de l’Inde, de la Belgique, du Japon, de la Corée du Sud, de la Suisse ... et  de la France !    

 

5 – Pureté de l’air (2017, Banque Mondiale)

 

  • Nous gardons ce critère  qui mesure la plus ou moins grande pureté de l’air de chacun des pays classés, en tenant compte des modifications apportées antérieurement par la Banque Mondiale (cf supra). La dernière année connue est 2017, et il s’agit de l’exposition de la population à des particules fines inférieures à 2,5 microgrammes.  
  • Le classement des 60 pays figure dans la dernière colonne du tableau « qualité de la vie ».                                

 

 

                                           

QUALITE DE LA VIE

Edition 2020

 

PIB par tête en dollars PPA

GINI

Espérance de vie

Suicides  

Pureté de l’air  

 

 

 

 

 

1 - Irlande

1 - Ukraine

1 - Japon

1 - Pakistan

1 - Finlande

2 - Suisse

2 - Tchéquie

     Suisse

   - Maroc

2 - Suède

3 - Norvège  

3 - Norvège

3 - Australie   

3 - Algérie

3 - Canada  

4 - Etats-Unis

4 - Finlande

     Italie  

   - Philippines

4 - Norvège

5 - Pays Bas

5 - Danemark

     Espagne

   - Ar.S.dite

5 - Etats-Unis  

6 - Danemark    

     Pays Bas

     Norvège    

6 - Indonésie

6 - Irlande

7 - Autriche    

     Algérie

     Suède   

   - Tunisie

     Portugal  

8 - Ar.S.dite

     Belgique  

     France   

8 - Venezuela

8 - Australie

9 - Suède  

9 - Suède  

     Israël   

9 - Egypte  

9 - Espagne

10- Al.magne

10 - Hongrie

     CoréeSud   

10 - Iran  

10- Danemark

11 - Australie

       Autriche

     Irlande  

11 - Pérou

11 - Suisse

12 - Belgique

12 - Corée Sud

12 - Finlande  

12 - Grèce

12 - Sri Lanka

13 - Canada

       Allemagne

       Belgique  

13 - Mexique

     - Roy.Uni

14 - Finlande

       Pologne  

       Pays Bas

14 - Israël  

14 - Japon

15 - Roy.Uni   

       Egypte

       Autriche

15 - Malaisie

15 - France    

16 - France   

       Irlande

       Canada

16 - RD Congo  

16 - Pays Bas

17 - Japon   

       Japon  

       Portugal  

17 - B.desh

     Allemagne  

18 - Italie

       Suisse   

18- Danemark

18 - Sénégal

18 - Autriche

19 -CoréeSud   

       B.desh

     Allemagne

19 - Brésil  

19 - Brésil   

20 - Israël  

20 - Tunisie

     Grèce  

20 - Ethiopie

20 - Belgique

21 - Tchéquie  

       Roy.Uni

     Roy.Uni

     - Colombie    

21- Argentine

22 - Espagne

       Pakistan  

22 - Chili

22 - Turquie

22- Roumanie

23 - Portugal

       France  

23 - Tchéquie    

     - Viet Nam

23 - Hongrie  

24 - Malaisie

24 - Canada  

      Etats-Unis   

24 - Ouzb.stan  

24 - Malaisie

25 - Pologne   

25 - Ethiopie    

      Cuba  

25 - Myanmar

25 - Tchéquie

26 - Hongrie    

       Ouzb.stan

26 - Pologne   

26 - Italie  

26 - Grèce     

27 - Grèce

       Viet Nam    

27 - Pérou  

27 - Espagne

       Russie

28-Roumanie   

       Italie  

       Algérie

28 - Roy.Uni

28 - Indonésie

29 - Turquie

       Portugal

       Argentine

29 - Argentine

       Colombie   

30 - Russie

30 - Inde

       Colombie      

30 - Nigeria

30 - Italie   

31 - Chili

       Espagne  

       Chine  

 31 - Afr.Sud

31- Venezuela  

32 - Iran   

       Grèce     

       Thaïlande  

32 - Chine

32 - Phil.pines

33- Argentine

       Thaïlande

       Tunisie   

33 - Roumanie

33 - Cuba

34 - Mexique

       Roumanie  

       Turquie

34 - Chili

34 - Ukraine   

35- Thaïlande  

       Australie  

       Sri Lanka    

35 - Irlande

35 - Maroc

36 - Chine  

36 - Myanmar

36 - Brésil    

36 - Norvège

36 - Mexique   

37 - V.zuela

       Russie   

       Hongrie    

37 - Canada         

       Pologne   

38 - Brésil  

       Indonésie

       Iran  

38 - Pays Bas

38 - Chili

39 - Algérie

39 - Israël

       Malaisie   

39 - Danemark

39 - Israël

40 - Col.bie

       Maroc

       Maroc   

40 - Tchéquie  

40 - Pérou

41-  Pérou  

       Chine    

41 - Ar.S.dite  

41 - Australie

41 - CoréeSud

42 - Afr.Sud  

42 - Iran

       Mexique    

42 - Allemagne   

42 - Afr.Sud

43 - SriLanka

       Sénégal   

      Roumanie

43 - Cuba

43 - Th.lande

44 - Ind.sie   

       Sri Lanka   

       Viet Nam   

44 - Portugal

44- Ouzb.stan  

45 - Tunisie   

45 - Malaisie  

45 - Russie

45 - Thaïlande

45 - VietNam   

46 - Egypte

       Etats-Unis

46 - B.desh     

46 - Sri Lanka

46 - Myanmar

47 - Ukraine  

       Argentine     

       Ukraine   

47 - Suède

47 - Algérie

48- Phil.pines

48 - RD Congo   

       Ouzb.stan  

48 - Etats-Unis

48 - Tunisie   

49 - Maroc     

       Turquie   

      Venezuela  

49 - Autriche

49 - Iran

50- Ouzb.stan

50 - Nigeria   

      Egypte        

50 - Finlande

       Ethiopie  

51 - Inde   

51 - Phil.pines

       Indonésie  

51 - Pologne

51 - Sénégal   

52 - VietNam 

52 - Chili

52 - Phil.pines

52 - Inde

52 - Turquie   

53- Myanmar  

       Venezuela   

53 - Inde   

53 - Suisse

53- RDCongo  

54 - Nigeria

54 - Mexique

54 - Sénégal

54 - France

54 - Chine

55 - Pakistan

       Pérou 

55 - Pakistan

55 - Japon

55 - Pakistan    

56 - B.desh

56 - Colombie

       Myanmar

56 - Hongrie

56 - B.desh

57 - Sénégal

57 - Brésil

57 - Ethiopie   

57 - Belgique

57 - Nigeria  

58 - Ethiopie

58 - Afr.Sud

58 - Afr.Sud

58 - Ukraine

58 - Egypte

59- RDCongo

Manquent :

59- RDCongo

59 - Corée Sud

59 - Ar.S.dite

 Manque :

Cuba

60 - Nigeria

60 - Russie  

60 - Inde

Cuba

Ar.S.dite

 

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

                  

 

 

RECHERCHE, FORMATION, INFORMATION, COMMUNICATION, CULTURE – Edition 2020

 

 

                         Les éléments pris en compte, affectés chacun d’un coefficient 1,66,  sont les suivants :

 

  • La recherche-développement (coefficient 1,66)
  • La formation (coefficient 1,66)
  • Les utilisateurs d’Internet (coefficient 1,66)

 

1 – Recherche-développement (2017, Banque Mondiale)

 

  • La Banque Mondiale publie chaque année  le pourcentage de financement de la recherche développement par rapport au PIB de chaque pays. Les chiffres sont pour l’essentiel de 2017.
  • Le classement des pays pris en compte figure dans la première colonne du tableau « Recherche, formation information, communication, culture ».

 

2 -  Formation (2018, PNUD)

 

  • Le PNUD ne publie plus le niveau d’instruction mondial et par pays comme précédemment, mais il publie les chiffres de la durée moyenne de scolarisation par pays.
  • Nous prenons en compte cet élément pour 50 % de l’indicateur ; nous le complétions jusqu’à présent en tenant compte, également à 50 %, du taux d’accès à l’enseignement supérieur publié par l’UNESCO.  Malheureusement, dans les dernières statistiques de l’UNESCO, 9 pays sur les 60 classés ne comportent pas de donnée utilisable dans ce domaine, soit parce qu’elle n’existe pas, soit parce qu’elle est antérieure à 2010. Dans ces conditions, nous retenons, à 50 % chacune, les deux données utilisées par le PNUD pour constituer la partie « éducation » de son indice : le nombre d’années de scolarisation que peut espérer un enfant qui commence sa scolarité au cours de l’année concernée par la statistique, et le nombre d’années de scolarité de la population de plus de 25 ans du pays concerné, élément que nous utilisions déjà et que nous conservons.   
  • Le classement des 60 pays dans ce domaine figure dans la deuxième colonne du tableau « recherche, formation, information, communication, culture ». 

 

3 – Utilisateurs d’Internet (2018, UIT)

 

  • Nous reprenons les chiffres de l’Union Internationale des Télécommunications qui publie tous les ans les statistiques dans ce domaine.
  • le classement des 60 pays figure dans la dernière colonne du tableau « recherche, formation, information, communication, culture ».

 

 

 

RECHERCHE, FORMATION, INFORMATION, COMMUNICATION, CULTURE

 

Edition 2020

 

R & D

Formation  

 

Internet

 

 

 

 

1 - Israël

1 - Australie  

 

1 - Danemark

2 - Corée du Sud   

2 - Irlande  

 

2 - Norvège   

3 - Suisse    

3 - Danemark  

 

     Suède     

4 - Suède

4 - Belgique    

 

4 - Corée du Sud   

5 - Japon   

5 - Allemagne    

 

     Royaume Uni    

6 - Autriche

6 - Norvège   

 

6 - Pays Bas   

7 - Danemark  

7 - Royaume Uni     

 

7 - Canada    

8 - Allemagne

8 - Pays Bas

 

8 - Suisse   

9 - Etats-Unis   

9 - Suède     

 

9 - Belgique    

10 - Finlande

   - Finlande   

 

     Autriche    

11 - Belgique

11 - Etats-Unis     

 

11 - Australie    

12 - France

12 - Canada   

 

       Finlande    

13 - Chine

13 - Tchéquie  

 

       Etats-Unis   

14 - Norvège

     - Suisse    

 

14 - Japon    

15 - Pays Bas    

15 - Israël  

 

       Espagne    

16 - Australie  

16 - Pologne

 

16 - Irlande   

17 - Tchéquie

17 - Corée Sud     

 

       Allemagne  

18 - Royaume Uni  

18 - Autriche    

 

18 - Israël  

19 - Canada   

19 - Grèce      

 

       Chili

20 - Malaisie  

20 - Japon    

 

       Arabie Saoudite

21 - Italie    

21 - France   

 

21 - France

22 - Hongrie  

22 - Espagne   

 

       Malaisie   

23 - Portugal  

23 - Russie    

 

23 - Tchéquie  

24 - Brésil   

24 - Argentine    

 

24 - Hongrie   

25 - Espagne  

25 - Hongrie  

 

25 - Russie    

26 - Grèce  

26 - Chili    

 

       Pologne    

27 - Russie

27 - Italie  

 

27 - Argentine   

28 - Pologne  

28 - Arabie Saoudite    

 

        Portugal   

       Irlande  

29 - Ukraine   

 

29 - Venezuela

30 - Turquie   

30 - Cuba    

 

30 - Grèce

31 - Afrique Sud

31 - Portugal   

 

31 - Brésil   

       Arabie Saoudite

32 - Roumanie  

 

32 - Turquie     

33 - Thaïlande    

33 - Sri Lanka

 

33 - Mexique   

34 - Sénégal   

34 - Iran

 

       Roumanie   

35 - Maroc

35 - Venezuela    

 

       Tunisie

36 - Inde

36 - Malaisie   

 

        Iran    

37 - Egypte  

37 - Ouzbékistan     

 

37 - Italie     

38 - Tunisie

38 - Afrique Sud   

 

38 - Colombie   

       Ethiopie    

39 - Brésil    

 

        Maroc     

40 - Algérie  

     - Turquie    

 

40 - Philippines   

       Argentine     

41 - Pérou  

 

41 - Ukraine 

       Viet Nam        

42 - Colombie   

 

42 - Viet Nam    

43 - Roumanie   

     - Mexique   

 

43 - Cuba     

44 - Mexique   

44 - Algérie  

 

44 - Afrique du Sud

45 - Ukraine  

45 - Tunisie    

 

45 - Chine     

46 - RD Congo  

46 - Thaïlande     

 

46 - Ouzbékistan

47 - Chili

47 - Philippines    

 

       Thaïlande   

48 - Cuba

48 - Chine   

 

48 - Pérou   

49 - Iran    

49 - Viet Nam    

 

49 - Algérie   

50 - Indonésie

50 - Indonésie   

 

50 - Sénégal   

       Colombie

51 - Egypte

 

51 - Egypte  

       Pakistan

52 - Inde   

 

52 - Nigeria   

53 - Nigeria

53 - Maroc

 

53 - Inde     

54 - Ouzbékisatn

54 - Bangladesh

 

       Sri Lanka  

55 - Philippines

55 - RD Congo

 

55 -  Indonésie  

56 - Pérou                   

56 - Nigeria

 

56 - Myanmar    

       Venezuela          

57 - Myanmar

 

57 - Ethiopie  

58 - Sri Lanka

58 - Pakistan  

 

58 - Pakistan   

59 - Myanmar 

59 - Sénégal

 

59 - Bangla Desh

Manque : Bangladesh

60 - Ethiopie

 

60 - RD Congo

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

TABLEAU RECAPITULATIF,  EDITION 2020

 

Le tableau intitulé « le classement par pays, tableau récapitulatif  »  classe les 60 pays pour chacun des 4 grands chapitres, en fonction des  classements   de chaque pays pour chacun des critères retenus ; par exemple, les 27 points de la Suisse  dans le chapitre « paix et sécurité » sont la somme des classements des 5 critères retenus :  7 points pour le critère « paix », 12 points pour le critère « morts violentes », 3 points pour le critère « corruption », 1 point pour le critère « sécurité économique et financière » et 4 points pour le critère « homicides ». Dans la colonne « RFICC », il faut tenir compte du fait que les classements sont affectés du coefficient 1,66. Ainsi, les 18 points du Danemark sont la somme des classements des trois indices retenus : 7 pour la R&D, 3 pour la formation et 1 pour Internet, soit 11 qui, multipliés par 1,66 donnent le chiffre de 18.

          

 

CLASSEMENT PAR PAYS – TABLEAU RECAPITULATIF

                                            EDITION 2020

 

Paix et sécurité

 

Liberté, démocratie, droits de la personne humaine

Qualité de la vie

 

RFICC (1)

 

 

 

 

1 - Suisse            27                

1 - Norvège         6

1 - Norvège        49

1 - Danemark       18

2 - Pays Bas        29

2 - Suède           13

2 - Irlande          57              

2  - Suède             25

3 - Danemark      31

3 - Finlande       14

3 - Suède            70

3 - Norvège          37        

4 - Norvège         33

4 - Pays Bas       25

4 - Pays Bas       77     

4 - Corée Sud       38

5 - Autriche         40

5 - Suisse           27      

5 - Danemark     78 

5 - Suisse             40

6 - Japon              43

6 - Danemark     29

6 - Suisse           79

     Belgique          //

7 - Portugal         48           

      Irlande           //

7 - Finlande        81

7 - Australie         46

8 - Australie        50 

9 - Australie       34

8 - Canada          89

8 - Roy.Uni          47

9 - Suède             55

9 - Allemagne    36

9 - Espagne        91

     Pays Bas           //

10 - Allemagne   58

10 - Belgique     39

10 - Australie     93

     Allemagne        //  

11 - Espagne       59     

11 - Canada       51

      - Roy.Uni      //

11 - Finlande        50

12 - Irlande         62 

        Autriche      //

12 - Autriche      96     

12 - Etats-Unis     51

     - Canada         //

        Espagne      //

13 - Allemagne  98

13 - Autriche        55            

14 - Roy.Uni       74

        Roy.Uni      //

14 - Japon          99

14 - Israël             56

     - Finlande       //

15 - Portugal      52

15 - Italie         102          

15 - Canada          63

16 - Tchéquie      86

16 - Tchéquie     56

16 - Belgique   106         

16 - Japon            65

17 - Belgique       90         

17 - France         63

17 - France       108           

17 - Irlande          76

18 - Corée Sud    92

18 - Italie           64

18 -  Portugal   110

18 - France          90 

19 - Italie             93

19 - Pologne      82

19 - Tchéquie   111         

       Tchéquie       //       

20 - France        104

20 - Chili           92 

20 - Grèce        113     

20 - Espagne      101

21 - Israël          106

21 - Grèce         94   

21 - Israël         115

21 - Pologne      115

22 - Malaisie     110

22 - Japon         99

22 - Algérie      121

22 - Hongrie      118

23 - Grèce          111          

       Corée Sud  //             

23 - Etats-Unis 125

23 - Russie         125

24 - Indonésie    115

24 - Hongrie    101

24 - Corée Sud 136

       Grèce            //

25 - Pologne      117 

25 - Roumanie 104

25 - Ar.S.dite   139

25 - Malaisie      128     

26 - Chili           118   

26 - Argentine 113

26 - Malaisie    144

       Ar.S.dite       //

27 - Maroc         134              

27 - Israël         118

       Pologne      //

27 - Portugal      135

28 - Chine         137       

28 - Etats-Unis 128

28 - Tunisie      146

28 - Italie           141

29 - Roumanie   138

29 - Afr.Sud     145

29 - Hongrie    151

29 - Argentine    151           

30 - Hongrie      141    

30 - Ukraine     146

30 - Roumanie 154

        Chili             //

31 - Etats-Unis  147

31 - Colombie  153

31 - Argentine  155

31 - Brésil          154

32 - Tunisie       155

32 - Mexique   159

32 - Maroc       160

32 - Turquie       167

33 - Viet Nam   171         

33 - Sénégal     168

       Indonésie    //   

33 - Chine          176       

34 - Ar.S.dite    180

34 - Turquie     169

34 - Cuba         165

34 - Roumanie   179

35 - Argentine   184

35 - Pérou        172

35 - Iran           169

35 - Ukraine       191

36 - Algérie       186

36 - Brésil        173

       Brésil           //

       Afr.Sud         //

37 - Cuba           190

37 - Sri Lanka 176

37 - Sri Lanka  170

37 - Iran             193

38 - Pérou          192

38 -  Phil.pines 178

38 - Egypte      171

        Tunisie         //

39 - Sénégal      193

39 - Tunisie      186

       Colombie    //

39 - Mexique     198

40 - Sri Lanka   194

        Malaisie     //

40 - Pérou        173

40 - Venezuela   200

41 - Egypte        197

41- Russie        194

41 – Venezuela175

41 - Cuba           201

     - B.desh          //

42 - Chine        200

42 - Chili          177 

42 - Thaïlande   206

43 - Thaïlande   200

       Venezuela  //

43 - Phil.pines  178

43 - Maroc         209

44 - Turquie      204

44 - Ouzb.stan 204       

       Turquie        //

44 -  Colombie  216

45 - Ouzb.stan   205

45 - Th.lande   206

       Mexique      // 

45 - Viet Nam    217    

46 - Inde            213

46 - Cuba        217

46 - Th.lande   180

46 - Algérie        221

47 - Philippines 214

       Algérie      //

47 - Viet Nam  185

47 - Ouzb.stan   227

48 - Afr.Sud      220       

48 - Indonésie 219

48 - Ukraine     186

48 - Egypte        231

49 - Mexique     227

49 - Maroc       223

       Pakistan      //

49 - Inde            234             

50 - Brésil         229

50 - Ar.S.dite   226

50 - B.Desh      187

50 - Philippines  236

51 - Myanmar   230    

51 - Inde          229

51 - Chine        188

51 - Sénégal       237

52 - Colombie   231

52 - Nigeria     230       

52 - Ouzb.stan 189

52 - Sri Lanka    239  

53 - Iran             234

53 - Myanmar  241           

53 - Russie       197

53 - Pérou          241

54 - Ethiopie      237

54 - Iran           243

54 - Ethiopie    209

54 - Indonésie    257

55 - Ukraine      249  

55 - B.desh      244  

55 - Myanmar  215

       Ethiopie        //

56  - Pakistan    254

56 - Egypte      249

56 - Sénégal     222

56 - Nigeria        267

57 - Russie        257

       Ethiopie     //

57 - Afr.Sud     231

57 - RD Congo    //

58 - Nigeria       264

58 - Pakistan    251

58 - RD Congo235

58 - Pakistan      276

59 - RD Congo  289

59 - VietNam   260

59 - Inde          246

59 - B.desh         281

60 - Venezuela  290   

60 - RDCongo 270         

60 - Nigeria      251

60 - Myanmar    286

 

(1) -  Recherche, Formation, Information, Communication, Culture

 

Dans les 4 colonnes de ce tableau récapitulatif, la Norvège, le Danemark, la Suède, la Suisse et les Pays Bas,  soit 5 pays,  sont toujours classés dans les 10 premiers ; à l’inverse, la RD Congo, le Myanmar, le Nigeria  et l’Ethiopie soit 4 pays,   sont toujours classés dans les 10 derniers.

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

                

 

CLASSEMENT GENERAL – EDITION 2020                                      

 

     Le classement final est calculé de la même façon que le récapitulatif.  Par exemple, les 126 points de la Norvège, classée première,  sont le résultat de la somme des points  de ce pays dans le récapitulatif : 27 points pour le chapitre « paix et sécurité », 10 points pour le chapitre « liberté, démocratie, droits de l’homme », 54  points pour le chapitre « qualité de la vie » et 35 points pour le chapitre « recherche, formation, information, communication, culture ».

 

CLASSEMENT GENERAL   EDITION 2020

 

1 - NORVEGE            125

31 - TUNISIE                               680               

2 - DANEMARK        156

32 - CHINE                                   701                 

3 - SUEDE                   163

33 - TURQUIE                              718     

4 - SUISSE                           173

34 - BRESIL                                  725

5 - PAYS BAS                      178

35 - MAROC                                 726  

6 - FINLANDE                    219

36 - ALGERIE                               745               

7 - AUSTRALIE                 223

37 - INDONESIE                           751 

8  - IRLANDE                     224                

38 - MEXIQUE                              762               

9 - ALLEMAGNE              239     

39 - COLOMBIE                            771                            

10 - AUTRICHE                 242

40 -  UKRAINE                              772          

 

41 - CUBA                                      773

11 - CANADA                             265              

       RUSSIE                                     //                                

       ROYAUME UNI                    //                                                 

43 - PEROU                                    778           

13 - BELGIQUE                          275  

44 - SRI LANKA                            779                                                      

14 - ESPAGNE                            302    

45 - AFRIQUE DU SUD                787                       

15 - JAPON                                  306

46 - THAILANDE                          792

16 -TCHEQUIE                           343

47 - PHILIPPINES                         806     

17 - PORTUGAL                         363          

48 - SENEGAL                               820     

18 - C0REE SUD                         365

49 - OUZBEKISTAN                     825         

       FRANCE                                 //          

50 - VIET NAM                             833        

20 - ISRAEL                                 395                

    

21 - ITALIE                                  400

51 - IRAN                           839

22 - GRECE                                  443         

52 - EGYPTE                     848

23 - ETATS-UNIS                        451        

53 - VENEZUELA             855   

24 - POLOGNE                             458

54 - BANGLADESH          909                 

25 - HONGRIE                              511                                               

55 - INDE                            922

26 - CHILI                                    538

56 - ETHIOPIE                  952  

27 - MALAISIE                            568              

57 - PAKISTAN                 967

28 - ROUMANIE                          575

58 - MYANMAR                972

29 - ARGENTINE                        603

59 - NIGERIA                   1012

30 - ARABIE SAOUDITE           673                        

60 - RD CONGO               1061

 

Remarquons

 

  • Que deux pays (il y en avait 4 il y a 3 ans) ont le « privilège » de se situer au-delà de 1000 points : il s’agit du Nigeria de la RD Congo.
  • Qu’on trouve sans surprise aux 5 premières places les 5 pays qui sont toujours classés dans les 10 premiers dans nos 4 chapitres (Norvège, Danemark, Suède, Suisse et Pays Bas).
  • Qu’on trouve sans surprise dans les 5 derniers 4 pays qui sont toujours classés dans les 10 derniers dans nos 4 chapitres (RD Congo, Nigeria, Myanmar, Ethiopie).
  • Qu’on trouve dans les 10 premiers 9 pays européens, accompagnés de l’Australie.
  • Qu’on trouve dans les 10 derniers essentiellement des pays arabes et/ou musulmans, des pays d’Asie du Sud et des pays d’Afrique Subsaharienne, ainsi que le malheureux Venezuela.

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------

 

CLASSEMENT PAR GRANDES REGIONS ET PAR GRANDS PAYS

 

On peut reprendre ce classement, d’abord  en regroupant  les 60 pays concernés par grandes zones géographiques. Les grandes zones  géographiques sont définies dans le tableau suivant :

Zone géographique

Nombre de pays

Pays de la zone

 

 

 

Amérique du Nord

2

Etats Unis, Canada

Amérique latine

8

Mexique, Colombie, Venezuela, Cuba, Brésil, Argentine, Pérou, Chili

Europe du Nord

4

Suède, Norvège, Finlande, Danemark

Europe de l’Ouest

8

France, Allemagne, Belgique, Pays Bas, Autriche, Royaume Uni, Irlande, Suisse

PECO

4

Pologne, Hongrie, Tchéquie, Roumanie

Europe du Sud

4

Espagne, Portugal, Italie, Grèce

Ex URSS

3

Russie, Ukraine, Ouzbékistan

Afrique du Nord et Moyen Orient

8

Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Arabie saoudite, Iran, Israël, Turquie

Asie du Sud

4

Inde, Bangladesh, Pakistan, Sri Lanka

Asie du Sud Est

7

Chine, Viet Nam, Philippines, Indonésie, Myanmar, Thaïlande, Malaisie

Asie de l’Est et du Pacifique

3

Japon, Corée du Sud, Australie

Afrique subsaharienne

5

Ethiopie, Afrique du Sud, Nigeria, Sénégal, RD Congo

 

Les classements par grande zone géographique sont les suivants dans les éditions 2008 et 2020 :

 

Edition 2008

Edition 2020

 

 

1 - Europe du Nord                                                      

1 - Europe du Nord                         166                                                                  

2 - Europe de l’Ouest                     

2 - Europe de l’Ouest                      245

3 - Amérique du Nord                    

3 - Asie de l’Est et du Pacifique     298                  

4 - Asie  de l’Est et du Pacifique   

4 - Amérique du Nord                     358

5 - Europe du Sud                          

5 - Europe du Sud                           377

6 - PECO                                        

6 - PECO                                         472

7 - Amérique latine                        

7 - Amérique latine                         726

8 - Afrique du Nord et M.Orient   

8 - Asie du Sud Est                         775

9 - Ex URSS                                  

9 - Ex URSS                                   790

10 - Asie du Sud Est                      

      Afr.Nord et Moyen-Orient         //

11 - Asie du Sud                           

11 - Asie du Sud                             894

12 - Afrique subsaharienne          

12 - Afrique Subsaharienne            926               

 

Peu de changements ! Notons simplement que l’Asie de l’Est et du Pacifique passe devant l’Amérique du Nord, que l’Afrique du nord et le Moyen-Orient, à égalité avec l’ex URSS, sont désormais devancés par l’Asie du Sud Est et que l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne se partagent toujours les dernières places. Notons enfin que le fossé entre la sixième (les PECO) et la septième place (Amérique latine)  est profond et s’élargit, dépassant 250 points !

 

Deuxième classement : celui des grands pays, en considérant l’Union européenne comme un seul ensemble. Le classement de l’édition 2008 et celui de l’édition 2020 sont les suivants :

Classement de l’édition 2008

Classement de l’édition 2020

 

 

1 – Union Européenne                

1 – Japon                                306

2 – Japon                                      

2 – Union Européenne           318                           

3 – Etats-Unis                               

3 – Etats-Unis                         451

4 – Brésil                                      

4 – Chine                                701

5 – Russie                                     

5 – Brésil                                725

6 – Chine                                      

6 – Russie                               773

7 – Inde                                         

7 – Inde                                   922

 
 

Le Japon passe devant l’Union Européenne ; la Chine passe devant le Brésil et la Russie !

 

Au sein de l’Union Européenne, le classement a évolué de la façon suivante entre l’édition 2008 et l’édition 2020 :

Edition 2008

Edition 2020

 

 

1 – Suède

1 – Danemark (+ 2)

2 – Pays Bas

2 – Suède (- 1)

3 - Danemark

3 – Pays Bas (- 1)

4 - Finlande

4 – Finlande (=)

5 – Royaume Uni

5 – Irlande (+ 1)

6 – Irlande 

6 – Allemagne (+ 1)

7 - Allemagne

7 – Autriche (+ 3)

8 - France

8 – Royaume Uni (- 3)

     Espagne

9 – Belgique (+ 2)

10 - Autriche

10 – Espagne (- 2)

11 - Belgique

11 – Tchéquie (+ 3)

12 - Italie

12 – Portugal (+ 3)

13 - Grèce

13 – France (- 5)

14 - Tchéquie

14 – Italie (- 2)

15 - Portugal

15 – Grèce (- 2)

16 - Hongrie

16 – Pologne (+ 1)

17 - Pologne

17 – Hongrie (- 1)

18 - Roumanie

18 – Roumanie (=)

 

On note les bons scores de la Tchéquie, de l’Autriche et du Portugal, qui ont gagné chacun 3 places et, surtout, le gros recul de la France, qui a perdu 5 places. Nous sommes, en tout cas depuis 2008, les plus mauvais élèves de la classe européenne , et de loin !

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

COMPARAISONS  ET COMMENTAIRES  

 

  • COMPARAISONS

 

Il est intéressant de comparer ce résultat

  • avec le dernier classement en termes de produit national brut (Gross National Income) par tête
  • avec le dernier classement de l’IDH du PNUD
  • avec le classement de la dernière édition du rapport mondial de l’ONU sur le bonheur,
  • et avec le classement de l’édition 2008 de l’IBM, année depuis laquelle la liste des pays classés selon les critères de l’IBM n’a pas varié.

 

1 - RNB  par tête en PPA, IDH, classement de l’ONU, IBM, édition 2019 ou 2020, chiffres 2018 : comparaisons

 

(Seuls les 60 pays classés pour ce qui concerne le bonheur mondial sont pris en considération).

PNB  par tête en PPA

            IDH

 

    Classement de l’ONU

IBM par pays

 

 

 

 

1 - Irlande 

1 - Norvège

1 - Finlande

1 - Norvège

2 - Suisse 

2 - Suisse

2 - Danemark

2 - Danemark

3 - Norvège 

3 - Irlande 

3 - Norvège

3 - Suède

4 - Etats-Unis

4 - Allemagne

4 - Pays Bas

4 - Suisse

5 - Pays Bas

5 - Australie

5 - Suisse  

5 - Pays Bas

6 - Danemark

6 - Suède

6 - Suède

6 - Finlande

7 - Autriche 

7 - Pays Bas

7 - Canada 

7 - Australie  

8 - Arabie Saoudite

8 - Danemark

8 - Autriche

8 - Irlande

9 - Suède

9 - Finlande 

9 - Australie  

9 - Allemagne

10 - Allemagne 

10 - Canada

10 - Israël   

10 - Autriche

……

…..

…..

…..

16 - France

19 - France

19 - France

18 - France

 

 Ces 4 tableaux démontrent une assez large convergence entre les 4 classements : la Norvège est toujours dans les 3 premiers ; la Suède, les Pays Bas, le Danemark et la Suisse se trouvent aux 10 premières places dans les 4 classements.

                        

2 -  Comparons maintenant les résultats de la présente édition avec le classement général de l’édition 2008 :     

 

Bonheur mondial par pays : classements des éditions 2020 et 2008

                 Edition 2020

               Edition 2008

 

 

1 - Norvège           (+ 1)

1 - Suède

2 - Danemark        (+ 2)

2 - Norvège

3 - Suède               (- 2)

3 - Pays Bas  

4 - Suisse               (+ 5)

4 - Danemark

5 - Pays Bas          (- 2)

5 - Canada

6 - Finlande           (= )

6 - Finlande

7 - Australie          (= )

7 - Australie

8  - Irlande            (+ 2)

8 - Royaume Uni

9 - Allemagne       (+ 2)

9 - Suisse

10 - Autriche         (+ 4)

10 - Irlande

11 - Canada           (- 6)

11 - Allemagne

     - Royaume Uni (- 3)

12 - France

13 - Belgique         (+ 2)

     - Espagne

14 - Espagne          (- 2)             

14 - Autriche   

15 - Japon              (- 1)

15 - Belgique

16 - Tchéquie        (+ 3)

16 - Japon

17 - Portugal         (+ 2)

17 - Italie

18 - Corée Sud      (+ 4)

18 - Grèce

       France            (- 6)

19 - Tchéquie

20 - Israël              (+ 4)

20 - Portugal

21 - Italie               (- 4)

21 - Etats-Unis

22 - Grèce              (- 4)

22 - Corée Sud

23 - Etats-Unis       (- 2)

23 - Hongrie

24 - Pologne          (- 1)

24 - Israël

25 - Hongrie          (- 2)

25 - Pologne

26 - Chili                (=)

26 - Chili

27 - Malaisie         (+ 1)

27 - Roumanie

28 - Roumanie       (-1)

28 - Malaisie

29 - Argentine       (+ 1)

29 - Mexique

30 - Arabie Saoudite (+ 10)

30 - Argentine

31 - Tunisie           (+ 7)

31 - Cuba

32 - Chine             (+ 15)

     - Venezuela

33 - Turquie           (+ 3)

33 - Brésil

34 - Brésil              (- 1)

34 - Ukraine

35 - Maroc             (+ 4)

35 - Colombie

36 - Algérie           (+ 10)

36 - Turquie

37 - Indonésie       (+ 13)

37 - Afrique du Sud

38 - Mexique         (- 9)

38 - Tunisie

39 - Colombie       (- 4)

39 - Maroc

40 - Ukraine          (- 6)

40 - Arabie Saoudite

41 - Cuba               (-10)

41 - Philippines

       Russie             (+ 2)

42 - Thaïlande

43 - Pérou              (+ 5)

43 - Russie

44 - Sri Lanka        (+ 7)

     - Viet Nam

45 - Afrique du Sud (- 8)               

45 - Egypte

46 - Thaïlande       (- 4)

46 - Algérie

47 - Philippines     (- 6)

47 - Chine

48 - Sénégal          (+ 6)

48 - Pérou

49 - Ouzbékistan   (+ 4)

49 - Iran

50 - Viet Nam       (- 7)

50 - Indonésie

51 - Iran                (- 2)

51 - Sri Lanka

52 - Egypte           (- 7)

52 - Inde

53 - Venezuela     (- 22)             

53 - Ouzbékistan

54 - Bangladesh  (+ 2)    

54 - Sénégal           

55 - Inde             (- 3)

55 - Pakistan

56 - Ethiopie      (+ 2)

56 - Bangladesh

57 - Pakistan      (- 2)

57 - Nigeria

58 - Myanmar    (+ 2)

58 - Ethiopie

59 - Nigeria        (- 2)

59 - RD Congo

60 - RD Congo   (- 1)

60 - Myanmar

 

Les chiffres entre parenthèses, dans la colonne de l’édition 2020, permettent de constater l’évolution plu sou moins favorable de chaque pays. Le tableau suivant donne la liste des pays dont le classement a varié d’au moins 5 places, en amélioration (nombre de places gagnées), ou en détérioration (nombre de places perdues).

 

 Amélioration : places gagnées

Détérioration : places perdues

 

 

Chine (15)

Venezuela (22)

Indonésie  (13)

Cuba (10)

Arabie Saoudite, Algérie (10)

Mexique (9)

Sri Lanka, Tunisie,  (7)

Afrique Sud (8)

Sénégal (6)

Philippines, Viet Nam, Egypte (7)

Pérou, Suisse (5)

Canada, France, Ukraine, Philippines (6)

On n’est pas surpris de trouver le Venezuela comme champion de la dégringolade, ni la Chine avec 15 places gagnées. La position de la France est beaucoup plus attristante ; c’est le seul pays développé (avec le Canada) qui perd un terrain considérable : plus que la Grèce.  

 

Il est également intéressant de comparer le classement de GLOBECO avec les classements qui sont effectués par les partisans de la méthode par sondage. Comme nous l’avons dit plus haut, certains chercheurs interrogent des milliers de personnes dans le monde entier en leur demandant de se situer sur une échelle de 1 à 10 pour caractériser leur bonheur personnel ; le principal chercheur concerné est Monsieur Ruut Veenhoven de l’université de Rotterdam. Les résultats sont édifiants : parmi les 10 premiers pays classés par M. Veenhoven, on retrouve presque exactement les pays que GLOBECO classe également dans les 10 premiers (Suède, Norvège, Suisse, Danemark, Finlande, Australie, Pays Bas). Il se révèle donc que les deux méthodes, celle de GLOBECO et celle des « sondages », loin de se contredire, se complètent largement. Il se révèle aussi que les opinions selon lesquelles les pays du Nord de l’Europe sont « invivables » relèvent  d’une certaine arrogance, souvent hélas française …

                                

 

  • COMMENTAIRES

 

Les premières places sont toujours occupées par les pays d’Europe du Nord, avec la Norvège loin devant le Danemark et la Suède. Contrairement à ce que pensent beaucoup de Français, certains pays anglo-saxons (Australie, Irlande, Canada, Royaume Uni) sont largement placés devant notre pays, qui est le dernier pays d’Europe de l’ouest et qui est devancé désormais par la Tchéquie, l’Espagne et le Portugal.

 

 

  • Le classement par pays de cette édition confirme globalement les données de la précédente édition :
  • Les 3 premières places sont occupées par 3 pays nordiques, et les 7 dernières par 3 pays d’Afrique Subsaharienne ( RD Congo, Nigeria, Ethiopie) et par 4 pays d’Asie du Sud et du Sud Est (Myanmar, Pakistan, Inde, Bangladesh).
  • Les PECO confirment leur évolution favorable : ils sont tous dans la première moitié du classement, y compris la Roumanie. Notons en particulier l’évolution particulièrement favorable de la Tchéquie qui devance désormais notre pays !
  • Les pays d’Amérique latine sont entre la 26ème (Chili) et la 53ème place (Venezuela).
  • Le Japon est à la 15ème place, et les Etats-Unis ne sont que 23ème. Cela s’explique, pour ce qui concerne les Etats Unis, par le fait qu’il s’agit d’un pays violent, dont le taux d’inégalité de revenus  est élevé, et qui pratique des exécutions capitales. En outre, l’espérance de vie à la naissance y est relativement faible  et le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans y est anormalement élevé .
  • La Chine 32ème, le Brésil 34ème, la Russie 41ème,   et l’Inde 55ème.
  • Parmi les pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient, Israël est 20èmel’Arabie Saoudite 30ème, la Tunisie 31ème, la Turquie 33ème, le Maroc 35ème, l’Algérie 36ème, l’Iran 51ème et l’Egypte 52ème.
  • La France est 18ème:  notre pays est 20ème  pour la paix et la sécurité,  17ème pour la liberté, la démocratie et les droits de la personne humaine, 17ème  pour la qualité de la vie et 18ème  pour la recherche, la formation, l’information, la communication  et la culture. Dans tous ces domaines, nous sommes généralement classés derrière les autres pays d’Europe du Nord (Norvège, Danemark, Suède, Finlande) et de l’Ouest (Allemagne, Suisse, Autriche, Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni, Irlande). En outre, la situation se détériore lentement mais sûrement d’année en année. Nos compatriotes, qui subissent cette évolution, en sont-ils plus  plus conscients que nos dirigeants ?

   

 

 

Ultime conclusion de cette édition : ceux qui s’interrogent sur les raisons de la présence des pays d’Europe du Nord aux premières places trouveront des réponses intéressantes dans le petit livre de Yann Algan et Pierre Cahuc, intitulé : « La société de défiance », publié en 2009 aux éditions Rue d’Ulm. Ce livre passionnant, qui a très bien vieilli,  explique que la  différence de performance entre la France et les pays nordiques vient du fait que les Français ne font confiance à rien (gouvernement, élus nationaux, entreprises, médias, syndicats, justice) ni à personne ; à la question : « Est-il possible de faire confiance aux autres ? », près de 80 % des Français répondent « non », alors  que 60 à 70 % des habitants des pays nordiques répondent « oui ». Les auteurs de ce livre affirment que cette défiance explique non seulement les faibles scores économiques et sociaux de notre pays, mais ils affirment aussi (page 92) que c’est  la raison pour laquelle la France est relativement mal classée en termes de bonheur ! Les mouvements récents (gilets jaunes) qu’a connus notre pays ne peuvent hélas que confirmer cette opinion : leurs porte-parole,  farouchement opposés les uns aux autres, ne font confiance à personne, eux non plus !